CHAPITRE 6 - PROTECTION DE L'ÉTAT

précédent | table des matières | suivant

TABLE DES MATIÈRES

  1. 6.1. INTRODUCTION - PRINCIPES GÉNÉRAUX
    1. 6.1.1. Protection auxiliaire
    2. 6.1.2. Nationalité multiple
    3. 6.1.3. Moment de référence aux fins d'analyse
    4. 6.1.4. Expressions « ne peut » ou « ne veut » - Distinction floue - Complicité de l'État non obligatoire
    5. 6.1.5. Présomptions
    6. 6.1.6. Lien
    7. 6.1.7. Fardeau de la preuve et norme de preuve
    8. 6.1.8. Obligation de s'adresser à l'État
    9. 6.1.9. Réfutation de la présomption relative à la protection
    10. 6.1.10. Plus d'une autorité dans le pays
    11. 6.1.11. Caractère adéquat de la protection - Norme applicable
    12. 6.1.12. Source de la protection
  2. 6.2. DEMANDEURS D'ASILE APATRIDES
  3. 6.3. APPLICATION DU DROIT À CERTAINS CAS
  4. TABLE DE JURISPRUDENCE

6. PROTECTION DE L'ÉTAT

6.1. INTRODUCTION - PRINCIPES GÉNÉRAUX

La Cour suprême du Canada a analysé en profondeur la question de la protection de l'État dans WardNote 1. Le sujet est abordé dans le contexte de la définition de réfugié au sens de la Convention, laquelle prévoit que le demandeur d'asile doit ne pas pouvoir ou, du fait de sa crainte d'être persécuté, ne pas vouloir se prévaloir de la protection du pays dont il a la nationalité (citoyenneté). Comme il est mentionné ci-après, la capacité de l'État d'assurer la protection du demandeur d'asile est un élément crucial lorsqu'il s'agit de déterminer si la crainte de persécution du demandeur d'asile est justifiée et, à ce titre, il ne s'agit pas d'un élément indépendant de la définition. La question de la protection de l'État touche l'élément objectif du critère relatif à la crainte de persécution et il ne suffit pas d'affirmer simplement une croyance subjective voulant que la protection ne soit pas disponibleNote 2.

La protection de l'État doit être envisagée dans son contexte. La Cour suprême a expliqué ainsi cette démarche contextuelle dans Gonzalez TorresNote 3 :

[37] […] la protection de l'État ne peut pas être déterminée isolément […] Lorsqu'on recourt à une approche contextuelle pour décider si le demandeur d'asile a réfuté la présomption de la protection de l'État, il y a de nombreux facteurs qu'il faut prendre en considération, dont les suivants :
  1. la nature de la violation des droits de la personne;
  2. le profil de l'auteur présumé des violations des droits de la personne;
  3. les efforts que la victime a faits pour obtenir une protection des autorités;
  4. la réaction des autorités aux demandes d'aide,
  5. la preuve documentaire disponible.

6.1.1. Protection auxiliaire

La responsabilité de fournir une protection internationale ne devient applicable que lorsque le demandeur d'asile ne peut se prévaloir de la protection nationale ou de la protection de l'État (protection internationale à titre auxiliaire)Note 4.

6.1.2. Nationalité multiple

On s'attend généralement du demandeur d'asile qui a la nationalité (citoyenneté) de plusieurs pays qu'il s'informe ou fasse des demandes afin de savoir s'il peut ou non se prévaloir de la protection de tous ces pays. Il n'a pas vraiment à s'adresser aux autres États pour solliciter leur protection, à moins que l'on puisse raisonnablement s'attendre à ce que cette protection soit assuréeNote 5.

6.1.3. Moment de référence aux fins d'analyse

Dans le cas d'un demandeur d'asile qui « ne peut » ou « ne veut » se réclamer de la protection d'un pays, la capacité de l'État d'assurer celle-ci doit être prise en considération à l'étape de l'analyse où l'on détermine si le demandeur d'asile craint avec raison d'être persécuté.

Le critère est en partie objectif; si un État est capable de protéger le demandeur, alors, objectivement, ce dernier ne craint pas avec raison d'être persécuté […]

Il est clair que l'analyse est axée sur l'incapacité de l'État d'assurer la protection : c'est un élément crucial lorsqu'il s'agit de déterminer si la crainte du demandeur est justifiée, de sorte qu'il a objectivement raison de ne pas vouloir solliciter la protection de l'État dont il a la nationalitéNote 6.

Un demandeur d'asile qui ne court pas de risque n'a pas besoin de la protection de l'État et, par conséquent, il n'est pas nécessaire d'examiner cette questionNote 7.

6.1.4. Expressions « ne peut » ou « ne veut » - Distinction floue - Complicité de l'État non obligatoire

Dans la définition de réfugié au sens de la Convention, il est question de ne pas pouvoir ou de ne pas vouloir se prévaloir de la protection de l'État; toutefois, la distinction entre « ne peut » (matériellement ou littéralement incapable) et « ne veut » (non désireux) s'est estompéeNote 8.

La complicité de l'État dans la persécution n'est pas pertinente, peu importe que le demandeur « ne veuille » ou « ne puisse » se réclamer de la protection d'un pays dont il a la nationalité. La distinction entre ces deux volets de la définition de l'expression « réfugié au sens de la Convention » réside dans la partie qui écarte le recours à la protection de l'État : dans le cas de « ne peut », la protection est refusée au demandeur, tandis que si ce dernier « ne veut » pas, il choisit de ne pas s'adresser à l'État en raison de la crainte qu'il éprouve pour un motif énuméré. Dans un cas comme dans l'autre, la participation de l'État à la persécution n'est pas une considération nécessaire. Ce facteur est plutôt pertinent pour déterminer s'il existe une crainte de persécutionNote 9.

6.1.5. Présomptions

Deux présomptions applicables à la détermination de la qualité de réfugié :

Présomption 1 : Lorsque le demandeur d'asile qui craint d'être persécuté est digne de foi (la Cour suprême emploie l'expression « crainte légitime »)Note 10, il n'y a qu'un pas à faire pour « présumer que la persécution sera probable, et la crainte justifiée, en l'absence de protection de l'État »Note 11.

Une fois établie l'existence d'une crainte et de l'incapacité de l'État de l'apaiser, il n'est pas exagéré de présumer que la crainte est justifiée. Bien sûr, la persécution doit être réelle — la présomption ne peut pas reposer sur des événements fictifs — mais le bien-fondé des craintes peut être établi à l'aide de cette présomptionNote 12.

Présomption 2 : Sauf dans le cas d'un effondrement complet de l'appareil étatique, on doit présumer qu'un État est capable de protéger ses citoyens. Il est possible de réfuter cette présomption au moyen d'une preuve « claire et convaincante » de l'incapacité de l'État d'assurer la protectionNote 13.

Le danger que [la première présomption] ait une application trop générale est atténué par l'exigence d'une preuve claire et convaincante de l'incapacité d'un État d'assurer la protectionNote 14.

Dans HinzmanNote 15, la Cour d'appel fédérale a statué que la présomption de protection étatique décrite dans Ward s'applique autant dans les cas où l'État serait le persécuteur. Cependant, lorsque les représentants de l'État sont eux-mêmes à l'origine de la persécution, la présomption de la protection de l'État peut être réfutée sans qu'il soit nécessaire d'épuiser tous les recours possibles au paysNote 16.

6.1.6. Lien

Dans BadranNote 17, la Cour a indiqué que « [l]a loi n'exige pas que l'incapacité à offrir une protection ait trait à l'un des motifs énoncés dans la Convention ». Inversement, on pourrait prétendre que, même si la persécution n'est pas fondée sur l'un des motifs énoncés dans la Convention, le défaut d'agir (de protéger) de l'État, s'il est motivé par un tel motif, peut permettre d'établir un lien avec la définition. Autrement dit, s'il repose sur un motif cité dans la Convention, le défaut d'offrir une protection peut, en soi, constituer de la persécution.

6.1.7. Fardeau de la preuve et norme de preuve

L'obligation de présenter une preuve « claire et convaincante » de l'incapacité de l'État d'assurer la protection ne doit pas être une tâche impossible pour le demandeur d'asile.

[…] le fait que le demandeur doive mettre sa vie en danger en sollicitant la protection inefficace d'un État, simplement pour démontrer cette inefficacité, semblerait aller à l'encontre de l'objet de la protection internationaleNote 18.

Dans PeraltaNote 19, la Section de première instance a affirmé qu'un demandeur d'asile n'est pas tenu de démontrer qu'il a épuisé tous les recours offerts en matière de protection. Il doit plutôt démontrer avoir pris toutes les mesures raisonnables, compte tenu de la situation générale qui avait cours dans le pays d'origine, de toutes les mesures qu'il a effectivement prises et de sa relation avec les autorités.

C'est au demandeur d'asile, et non à la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada (la Commission), qu'il incombe de prouver l'absence de la protection de l'ÉtatNote 20. Toutefois, la Section de la protection des réfugiés (SPR) n'en est pas moins tenue de fournir des motifs clairs et adéquats indiquant en quoi le demandeur d'asile ne s'est pas acquitté de ce fardeauNote 21.

Dans Flores CarrilloNote 22, la Cour d'appel fédérale a examiné la question certifiée suivante :

Que faut-il entendre par la présomption de la protection de l'État, dont fait état l'arrêt [Ward]? Pour réfuter cette présomption, les demand[eurs] d'asile doivent-ils satisfaire à une norme de preuve particulière, ou cette présomption n'impose-t-elle que l'obligation de produire une preuve digne de foi du défaut de protection de l'État? Et si elle commande l'application d'une norme de preuve particulière, quelle est cette norme?

La Cour a répondu ainsi à la question :

Le réfugié qui invoque l'insuffisance ou l'inexistence de la protection de l'État supporte la charge de présentation de produire des éléments de preuve en ce sens et la charge ultime de convaincre le juge des faits que cette prétention est fondée. La norme de preuve applicable est celle de la prépondérance des probabilités, sans qu'il soit exigé un degré plus élevé de probabilité que celui que commande habituellement cette norme. Quant à la qualité de la preuve nécessaire pour réfuter la présomption de la protection de l'État, cette présomption se réfute par une preuve claire et convaincanteNote 23 de l'insuffisance ou de l'inexistence de ladite protection.

La Cour a néanmoins fait une mise en garde afin qu'il ne soit pas reproché à un enfant victime de violence sexuelle de ne pas s'être adressé à l'État en vue d'en obtenir la protection lorsque ses parents ne se sont pas chargés de cette démarcheNote 24.

6.1.8. Obligation de s'adresser à l'État

Le demandeur d'asile est tenu de s'adresser à l'État dont il est un ressortissant pour se prévaloir de sa protection dans les cas où une protection pourrait raisonnablement être assurée.

[…] le demandeur ne sera pas visé par la définition de l'expression « réfugié au sens de la Convention » s'il est objectivement déraisonnable qu'il n'ait pas sollicité la protection de son pays d'origine; autrement, le demandeur n'a pas vraiment à s'adresser à l'ÉtatNote 25.

Autrement dit, le demandeur d'asile doit démontrer avoir agi de manière raisonnable en ne demandant pas la protection de l'État. Toutefois, il n'est pas tenu, simplement pour démontrer l'inefficacité de la protection de l'État, de risquer sa vie en sollicitant cette protectionNote 26.

Dans D'MelloNote 27, la Cour a infirmé la décision de la SSR, l'analyse du tribunal étant insatisfaisante quant au principe formulé dans Ward suivant lequel le demandeur d'asile ne doit pas être tenu de risquer sa vie en sollicitant la protection inefficace d'un État, simplement pour démontrer cette inefficacité. En l'espèce :

La crainte de la [demandeure d'asile] ne reposait pas sur l'absence de mécanisme législatif et procédural, en Inde, visant à protéger les femmes victimes de violence entre les mains de leur mari ou de représentants de leur mari, mais plutôt sur le fait que la police n'aidait pas ces femmes et sur le fait qu'il était difficile, compte tenu de l'absence de pareille aide, de se prévaloir avec succès du mécanisme législatif et procédural existant de protection établi par l'État indien (paragraphe 13)Note 28.

Lorsque des agents de l'État sont à la source de la persécution et que le demandeur d'asile est crédible, il est possible de réfuter la présomption de la protection de l'État sans avoir à épuiser tous les recours disponibles au paysNote 29. En outre, selon la Cour, il est déraisonnable pour la SPR de ne pas prendre en compte le fait que la situation d'un demandeur d'asile s'est aggravée après qu'il eut porté plainteNote 30.

6.1.9. Réfutation de la présomption relative à la protection

À moins que l'État n'avoue son incapacité d'assurer la protection (comme dans Ward), un demandeur d'asile peut établir, au moyen d'une preuve « claire et convaincante »Note 31, que la protection de l'État ne pourrait pas raisonnablement être assurée (réfutant ainsi la présomption) dans les cas suivants :

  1. "l'appareil étatique est complètement effondré, ce qui a été établi à l'égard du Liban dans ZalzaliNote 32;
  2. la preuve révèle que les dispositions prises par l'État n'ont pas aidé des personnes se trouvant dans une situation semblableNote 33;
  3. il est prouvé que la protection de l'État ne s'est pas concrétisée au cours d'incidents personnels antérieursNote 34.

La Cour renvoie à l'arrêt de la Cour d'appel fédérale dans SatiacumNote 35 et cite avec approbation l'extrait suivant :

En l'absence d'une preuve de circonstances exceptionnelles faite par le revendicateur, il me semble que lors de l'audition d'une revendication du statut de réfugié, comme dans une requête en extradition, les tribunaux canadiens doivent tenir pour acquis qu'il existe un processus judiciaire équitable et impartial dans le pays étranger. Dans le cas d'un État non démocratique, il peut être facile de faire la preuve contraire, mais en ce qui a trait à un État démocratique comme les États-Unis, il se peut qu'il faille aller jusqu'à démontrer, par exemple, que le processus de sélection du jury est gravement atteint dans la région en question ou que l'indépendance ou le sens de l'équité des juges est en causeNote 36.

Dans KadenkoNote 37, affaire examinée plus loin à la section 6.1.12, la Cour d'appel a fait remarquer que le fardeau de preuve pour établir l'absence de la protection de l'État est « directement proportionnel au degré de démocratie atteint chez l'État en cause […] ».

Dans HinzmanNote 38, la Cour d'appel fédérale a fait remarquer qu'un demandeur d'asile venant d'un pays démocratique (comme les États-Unis) devra s'acquitter d'un lourd fardeau pour démontrer qu'il n'était pas tenu d'épuiser tous les recours dont il pouvait disposer dans son pays avant de demander l'asile ailleurs. Cependant, comme il est indiqué dans KatwaruNote 39, la démocratie seule ne garantit pas l'efficacité de la protection de l'État. La Commission est tenue de faire davantage que de déterminer si un pays est doté d'un système politique démocratique; elle doit évaluer la qualité des institutions qui accordent la protection de l'État. LoaizaNote 40 est une autre affaire qui porte sur la nécessité de procéder à une analyse contextuelle. Dans cet arrêt, la Cour a souligné que l'analyse doit débuter par l'évaluation des circonstances personnelles du demandeur d'asile et du degré de risque auquel il est personnellement exposé. Elle a aussi constaté que, dans certains pays, il peut n'y avoir qu'une faible corrélation entre l'existence d'une démocratie constitutionnelle et la volonté de l'État de prendre des mesures efficaces contre la violence conjugale. Voir aussi Leon DavilaNote 41, où la Cour a souligné que la Commission doit procéder à une analyse exhaustive contextuelle de la situation particulière de chaque demandeur d'asile et qu'il ne suffit pas de déclarer globalement que des élections générales libres sont tenues et que des lois ont été édictées afin d'établir des normes fondamentales en matière de droits de la personne.

Il est incorrect d'appliquer le critère des « mesures de protection » fondé sur des analyses comparatives avec d'autres pays comme critère juridique de la protection de l'État. La Commission doit examiner les questions touchant le caractère adéquat et l'efficacité de la protection de l'ÉtatNote 42.

6.1.10. Plus d'une autorité dans le pays

Dans ZalzaliNote 43, la Cour d'appel a reconnu qu'il pourrait y avoir, dans un même pays, plusieurs autorités établies dont chacune est en mesure d'assurer la protection dans la partie du territoire qu'elles contrôlent.

Ce « pays », ce « gouvernement national », ce « gouvernement légitime », ce « gouvernement nominal », varieront vraisemblablement au gré des circonstances et de la preuve et il serait présomptueux d'en vouloir donner une définition générale. Je veux simplement signaler ici que je n'écarte pas d'entrée de jeu la possibilité qu'il y ait, dans un même pays, plusieurs autorités établies qui soient chacune en mesure, sur une partie qu'elles contrôlent du territoire, de fournir une protection qui, sans être nécessairement parfaite, soit adéquateNote 44.

Dans Chebli-Haj-HassamNote 45, la Cour d'appel fédérale a répondu ainsi à une question certifiée sur ce sujet :

Dans les circonstances où il y a un gouvernement légitime appuyé par les forces d'un autre gouvernement et où il n'y a pas de différence d'intérêts entre les deux gouvernements vis-à-vis un revendicateur du statut d'un réfugié, la protection accordée au revendicateur est adéquate pour établir un refuge interne.

Dans ChokerNote 46, la Cour semble remettre en question le caractère raisonnable de la conclusion de la SSR selon laquelle un demandeur d'asile libanais pouvait et devait chercher la protection de la force militaire d'un envahisseur (la Cour devait déterminer si le tribunal avait correctement appliqué la jurisprudence concernant la possibilité de refuge intérieur).

6.1.11. Caractère adéquat de la protection - Norme applicable

Il y a un élément de la protection que la Cour suprême du Canada n'a pas analysé dans Ward. Il s'agit de la norme relative à la protection qu'un pays doit offrir à ses citoyens. Selon la Cour d'appel fédérale, il devait s'agir d'une protection « qui, sans être nécessairement parfaite, soit adéquateNote 47 ». Ce critère a été suivi et appliqué dans un grand nombre de cas.

Dans VillafrancaNote 48, la Cour d'appel, devant se prononcer sur la demande d'asile d'un policier philippin qui craignait un groupe de guérilleros terroristes, a de nouveau donné à entendre que la protection n'avait pas à être parfaite :

Aucun gouvernement qui professe des valeurs démocratiques ou affirme son respect des droits de la personne ne peut garantir la protection de chacun de ses citoyens en tout temps. Ainsi donc, il ne suffit pas que le demandeur démontre que son gouvernement n'a pas toujours réussi à protéger des personnes dans sa situation. Le terrorisme au service d'une quelconque idéologie perverse est un fléau qui afflige aujourd'hui de nombreuses sociétés; ses victimes, bien qu'elles puissent grandement mériter notre sympathie, ne deviennent pas des réfugiés au sens de la Convention simplement parce que leurs gouvernements ont été incapables de supprimer ce mal […] lorsqu'un État a le contrôle efficient de son territoire, qu'il possède des autorités militaires et civiles et une force policière établies, et qu'il fait de sérieux efforts pour protéger ses citoyens contre les activités terroristes, le seul fait qu'il n'y réussit pas toujours ne suffit pas à justifier la prétention que les victimes du terrorisme ne peuvent pas se réclamer de sa protectionNote 49.

La norme des « sérieux efforts » dont il est question dans Villafranca a été suivie dans plusieurs cas, par exemple KashifNote 50, où la Cour a affirmé que la protection de l'État n'a pas à être parfaite tant et aussi longtemps que l'État a le contrôle efficient du pays et qu'il fait de sérieux efforts pour protéger ses citoyens.

Dans certains cas, la protection de l'État est interprétée au sens large. Par exemple, dans BobrikNote 51, madame la juge Tremblay-Lamer, aux fins de l'examen des demandes d'asile formulées par un couple juif de la Russie, tient ces propos :

[…] même si l'État veut protéger ses citoyens, un demandeur remplira le critère du statut de réfugié si la protection offerte est inefficace. Un État doit donner réellement de la protection, et non simplement indiquer la volonté d'aider. Lorsque la preuve révèle qu'un demandeur a connu de nombreux incidents de harcèlement ou de discrimination ou à la fois de harcèlement et de discrimination sans que l'État le défende efficacement, la présomption joue, et on peut conclure que l'État veut peut-être protéger le demandeur, mais qu'il ne peut le faire.

Dans SmirnovNote 52, monsieur le juge Gibson a déclaré que, selon lui, Bobrik établit une norme trop élevée en matière de protection de l'État. Il a ajouté :

Il est également difficile premièrement d'enquêter efficacement sur des agressions commises au hasard, comme celles subies par les [demandeurs d'asile], où les agresseurs ne sont pas connus de la victime et dont aucun tiers n'a été témoin et deuxièmement de protéger efficacement la victime contre ses agresseurs. Dans de tels cas, même la police la plus efficace, la mieux équipée et la plus motivée aura de la difficulté à fournir une protection efficace. Notre Cour ne devrait pas imposer à d'autres pays une norme de protection « efficace » que malheureusement la police de notre propre pays ne peut parfois qu'ambitionner d'atteindre.

La question visant à savoir si la norme de protection est l'efficacité plutôt que le caractère adéquat continue d'être soulevée dans le cadre de contrôles judiciaires. Dans certains cas, l'efficacité est considérée comme la norme à adopter, mais, le plus souvent, c'est l'arrêt Villafranca qui est suivi et la norme du caractère adéquat qui est adoptée.

Dans JamesNote 53, la Cour a fait remarquer qu'« on ne peut conclure que l'État offrait sa protection à la [demandeure d'asile] sur le fondement qu'un policier a aidé cette dernière à quitter le pays, lequel était incapable de lui fournir une protection adéquate. » De même, il est manifestement erroné de considérer que la criminalité policière (c'est-à-dire le recours à des moyens officieux et illégaux pour obtenir des résultats contre des criminels) constitue une preuve de l'efficacité de la protection de l'État. La corruption policière est l'antithèse de la protection de l'État et elle ne peut être considérée que comme une preuve de l'effondrement des mécanismes de protection de l'ÉtatNote 54.

Dans ZhuravlvevNote 55, monsieur le juge Pelletier a passé en revue la jurisprudence et en a tiré les conclusions suivantes :

[31] […] lorsque l'agent persécuteur n'est pas l'État, l'absence de protection étatique doit être appréciée au point de vue de la capacité de l'État d'assurer une protection plutôt qu'au point de vue de la question de savoir si l'appareil local a fourni une protection dans un cas donné. Les omissions locales de maintenir l'ordre d'une façon efficace n'équivalent pas à une absence de protection étatique. Toutefois, lorsque la preuve, et notamment la preuve documentaire, montre que l'expérience individuelle de l'intéressé indique une tendance plus générale de l'État à être incapable ou à refuser d'offrir alors une protection, l'absence de protection étatique est alors établie. La question du refus de fournir une protection devrait être abordée de la même façon que l'incapacité d'assurer une protection. Le refus de fournir une protection à l'échelle locale ne constitue pas un refus de l'État en l'absence d'une preuve de l'existence d'une politique plus générale selon laquelle la protection de l'État ne s'étend pas au groupe visé […] [le] refus peut être déguisé : les organes étatiques peuvent justifier leur défaut d'agir en invoquant divers facteurs qui, à leur avis, auraient pour effet de rendre inefficaces les mesures étatiques. Il incombe à la SSR d'apprécier le bien-fondé de ces assertions en se fondant sur la preuve dans son ensemble.

[32] [En ce qui concerne] la possibilité de refuge intérieur par rapport à l'incapacité de l'État de fournir une protection ou à son refus de le faire […] [s]i la politique de l'État restreint l'accès d'un intéressé à l'ensemble du territoire, le défaut de l'État d'offrir une protection à l'échelle locale peut être considérée comme le défaut d'offrir une protection étatique plutôt que comme une simple omission locale.

6.1.12. Source de la protection

Lorsque l'État n'est pas l'agent de persécution, l'existence d'organismes administrés ou financés par l'État et capables de fournir de l'aide est pertinente pour conclure à la présence de la protection de l'ÉtatNote 56.

La jurisprudence manque de cohérence en ce qui concerne l'obligation du demandeur d'asile de solliciter la protection d'organismes autres que l'État. Dans Thakur, la Section de première instance semble dire que le fait que des groupes de défense des droits civils soient en mesure d'enquêter sur de prétendus abus n'est pas pertinent relativement à la protectionNote 57.

Dans RisakNote 58, la Cour a également examiné l'obligation du demandeur d'asile de faire appel à d'autres recours en droit, après que les plaintes déposées auprès des autorités de l'État eurent échoué, et elle a tiré une conclusion semblable :

[…] il s'agit de déterminer s'il était objectivement raisonnable d'exiger du [demandeur d'asile] qu'il ait davantage recherché la protection de l'armée et de la police en Israël, après avoir été si brutalement traité par ces autorités, qui sont celles de qui les citoyens s'attendent normalement de recevoir la protection. Notre jurisprudence ne contient aucun principe en vertu duquel un [demandeur d'asile] placé dans une situation comparable à l'espèce aurait l'obligation supplémentaire de demander l'aide d'organismes de protection des droits fondamentaux ou d'intenter une action en cour contre son gouvernement.

Une question connexe consiste à se demander si l'on peut affirmer que l'État n'a pas fourni de protection lorsque ce sont certains éléments de l'État qui refusent d'accorder la protection, par exemple certains policiersNote 59. Dans KadenkoNote 60, la Cour d'appel a examiné la question certifiée suivante :

En l'absence d'un effondrement complet de l'appareil étatique et dans la mesure où un État possède des institutions politiques et judiciaires capables de protéger ses citoyens, le refus de certains policiers d'intervenir est-il suffisant pour démontrer que l'État en question est incapable ou refuse de protéger ses ressortissants?

La Cour a répondu à cette question par la négative :

Dès lors, en effet, qu'il est tenu pour acquis que l'État (en l'espèce Israël) possède des institutions politiques et judiciaires capables de protéger ses citoyens, il est certain que le refus de certains policiers d'intervenir ne saurait en lui-même rendre l'État incapable de le faire […]

Lorsque l'État en cause est un état démocratique […], le revendicateur doit aller plus loin que de simplement démontrer qu'il s'est adressé à certains membres du corps policier et que ses démarches ont été infructueuses. Le fardeau de preuve qui incombe au revendicateur est en quelque sorte directement proportionnel au degré de démocratie atteint chez l'État en cause : plus les institutions de l'État seront démocratiques, plus le revendicateur devra avoir cherché à épuiser les recours qui s'offrent à lui (à 2 et 3).

La Section de première instance a conclu, dans un certain nombre de décisions, que la possibilité d'obtenir la protection de sources non étatiques peut, néanmoins, constituer un élément pertinent pour établir l'existence d'un fondement objectif à la demande d'asileNote 61. La jurisprudence récente au sujet de l'obligation des demandeurs d'asile de s'adresser à des organismes non gouvernementaux financés par l'État pour avoir de l'aide semble laisser entendre que ces organismes constituent une partie essentielle du réseau de protection et que, à tout le moins, leur existence et la volonté des demandeurs d'asile de demander leur aide pour obtenir une protection est un facteur pertinent à considérer dans l'évaluation de la demande d'asileNote 62.

Dans SzucsNote 63, la Cour a rejeté la demande de contrôle judiciaire de la décision de la SSR dans le cas d'un demandeur d'asile rom de la Hongrie et elle a souligné que :

[27] […] Pour trancher cette question, la Commission pouvait également examiner toutes les mesures raisonnables que le demandeur a prises dans les circonstances en vue d'obtenir la protection de son État d'origine.

[28] […] La Commission a conclu qu'en ce qui concerne d'autres formes de discrimination plus graves et persistantes, comme le délogement d'un lieu d'habitation ou le chômage continu par suite de discrimination, ou d'autres préjudices graves, il y avait tout un réseau d'organismes gouvernementaux et d'organismes subventionnés par le gouvernement en Hongrie susceptibles de lui venir en aide gratuitement.

[29] La preuve a établi que le demandeur n'a jamais tenté d'obtenir de l'aide de l'ombudsman, d'ONG ou par l'entremise de l'autonomie gouvernementale des minorités. Je conclus que la Commission, en exigeant que le demandeur ait cherché à obtenir la protection de toutes ces sources en plus des autorités policières, demandait à ce dernier s'il avait pris des mesures raisonnables en vue d'assurer sa protection.

La détermination du caractère adéquat de la protection de l'État ne peut se fonder sur la crainte subjective du demandeur d'asile.

[7] Ce qui est décisif en l'espèce, c'est le fait que la demanderesse n'ait entrepris que deux tentatives pour solliciter de l'aide, dont l'une à un service de police qui n'avait aucune compétence locale pour traiter sa plainte. Elle a ensuite adopté l'opinion selon laquelle aucune autre aide ne viendrait. Cette perception purement subjective du caractère adéquat de la protection de l'État au Costa Rica ne constitue pas une preuve « directe, pertinente et convaincante » du caractère inadéquat de la protection de l'ÉtatNote 64.

6.2. DEMANDEURS D'ASILE APATRIDES

En ce qui concerne la question visant à savoir si le demandeur d'asile apatride doit se réclamer de la protection de l'État, le Guide du Haut Commissariat des Nations Unies prévoit, au paragraphe 101, qu'« [u]n réfugié apatride ne peut évidemment pas 'se réclamer de la protection' du pays dans lequel il avait précédemment sa résidence habituelle ».

Dans El KhatibNote 65, monsieur le juge McKeown partage ce point de vue et s'exprime ainsi :

[…] les remarques et les conclusions formulées dans l'arrêt Ward s'appliquent uniquement aux citoyens d'un État et non aux apatrides. Selon moi, les sous-alinéas 2(1)a)i) et 2(1)a)ii) de la Loi se distinguent du fait qu'on ne peut s'attendre qu'un apatride obtienne la protection de l'État alors que l'État n'a aucune obligation de lui fournir cette protectionNote 66.

Cependant, dans d'autres décisions, la Section de première instance a tenu compte de la protection de l'État dont pourrait se prévaloir le demandeur d'asile dans le pays où il avait précédemment sa résidence habituelleNote 67. Par exemple, dans NizarNote 68, la Cour a estimé que, même si l'État n'a aucune obligation de protéger les non-ressortissants, « [i]l est […] pertinent pour un apatride, qui a un pays de résidence habituelle antérieure, de faire la preuve qu'il a peu de chances de bénéficier d'une protection de fait dans cet État parce qu'il y réside ». La Cour a conclu que cet élément était pertinent quant au bien-fondé de la crainte du demandeur d'asile.

Dans ThabetNote 69, la Cour d'appel fédérale, qui a analysé si un demandeur d'asile apatride ayant plus d'un pays de résidence habituelle antérieure doit établir sa demande d'asile à l'égard d'un, de quelques-uns ou de tous ces paysNote 70, a déclaré, sur la question de la protection de l'État :

[…] Cette définition tient également compte de la différence inhérente entre les personnes qui ont la nationalité d'un État, et qui ont donc droit à sa protection, et celles qui sont apatrides et qui ne peuvent se prévaloir de la protection de l'État. En raison de cette distinction, ces deux groupes ne peuvent être traités de façon identique, même s'il faut tendre à la plus grande cohérence possible (à 33).

[…] Une personne n'est pas un réfugié lorsqu'elle pourrait vraisemblablement retourner dans un pays où elle a eu sa résidence habituelle et s'y trouver à l'abri de la persécution. Le revendicateur aurait donc le fardeau […] de démontrer, selon la probabilité la plus forte, qu'il ne peut ou ne veut retourner dans aucun des pays où il a eu sa résidence habituelle (à 39).

6.3. APPLICATION DU DROIT À CERTAINS CASNote 71

Pour analyser la situation au Pérou (à partir de la preuve produite dans le cadre de l'affaire en cause), la Cour d'appel a déclaré :

Des cas isolés d'attentat terroriste ne suffisent pas pour réfuter cette présomption. Cependant, la preuve d'une situation de troubles graves et d'un manque de protection effective pour le demandeur pourrait servir à la réfuterNote 72.

La protection assurée aux citoyens ordinaires peut ne pas convenir à une personne particulièrement ciblée. Bien que l'État puisse protéger un citoyen ordinaire, il peut se révéler incapable d'assurer la protection de certaines personnes spécialement ciblées. Celles-ci peuvent donc avoir de bonnes raisons de craindre d'être persécutéesNote 73.

Le demandeur d'asile peut établir qu'il est matériellement empêché de demander la protection de l'État ou que celui-ci ne peut assurer sa protection lorsque, par exemple, l'État refuse de le protégerNote 74, il n'y a aucun gouvernement auquel il peut faire appelNote 75 ou la protection de l'État est inefficaceNote 76.

Lorsque l'agent de persécution agit pour le compte de l'État, il convient d'examiner la demande relativement au volet « ne veut » de la définition :

Bien qu'il ne soit peut-être pas nécessaire de prouver la complicité de l'État dans certaines situations, en l'espèce, le tribunal administratif a reconnu que les agents de persécution étaient des hommes de main de l'UNP au pouvoir. À ce titre, la décision à prendre tombe carrément sous le coup du volet « ne veut » de cette partie de la définition. Étant donné que l'agent de persécution est l'État ou les personnes qui agissent pour lui, la question qu'il convient de se poser est celle de savoir si le fait que les [demandeurs d'asile] ne voulaient pas se réclamer de la protection de Sri Lanka était fondé sur une crainte justifiée de persécution. La Commission a commis une erreur fondamentale lorsqu'elle a conclu qu'elle « n'est pas non plus convaincu[e] que l'État ne peut pas ou ne veut pas offrir sa protection si la revendicatrice décide de se réclamer de cette protection. » La question qui se pose n'est pas celle de savoir si l'État voudrait la protéger, mais plutôt celle de savoir si la requérante veut se réclamer de la protection de l'État. C'est le bien-fondé du point de vue des [demandeurs d'asile] au sujet des agissements de l'État qui est déterminantNote 77.

Lorsque le demandeur d'asile craint l'armée et qu'il ressort de la preuve que cette dernière a la maîtrise de l'ensemble du territoire, surtout s'il s'agit d'un petit pays, le demandeur d'asile peut être incapable de demander la protection de l'ÉtatNote 78.

Lorsque la violence est généralisée et que l'État ne prend pas de mesures efficaces pour la contrer malgré ses promesses répétées de le faire, on ne saurait raisonnablement conclure que le demandeur d'asile peut compter sur l'État pour le protégerNote 79.

Dans des cas de violence familiale ou sexuelle, lorsque la preuve indique que le gouvernement adopte des mesures pour protéger les femmes, en l'absence de preuve contraire, il faut présumer que ces mesures seront efficacesNote 80. Il ne s'agit pas de déterminer si la demande de protection est inutile après un viol, mais plutôt si l'État est disposé à protéger la demandeure d'asile contre de tels actes et s'il en est désireux et capable dans l'éventualité de son retourNote 81. Il importe d'analyser non simplement la question visant à savoir s'il existe des dispositifs législatifs et procéduraux, mais également si l'État, par l'intermédiaire de la police ou par une autre voie, était effectivement disposé à recourir à de tels dispositifsNote 82.

Pour décider si un demandeur d'asile peut compter sur la protection de l'État, il faut considérer non seulement la capacité de protection de l'État, mais aussi sa volonté d'agir. Au Ghana, quoique le gouvernement ait parfois manifesté l'intention de rendre l'excision illégale, il continuait de tolérer cette pratiqueNote 83. Par contre, dans un cas où le demandeur d'asile redoutait là-bas un meurtre rituel, la Cour a fait remarquer que le gouvernement condamnait officiellement cette pratique et que le demandeur d'asile n'avait jamais sollicité la protection des autorités ni démontré que celles-ci ne l'avaient pas protégé ou avaient refusé de le faireNote 84.

Dans les cas comportant de la violence sectaire, la police peut parfois choisir de ne donner qu'une réponse passive, par exemple conseiller à un demandeur d'asile de s'abstenir de déposer une plainte afin d'éviter d'aggraver davantage la situation. Dans HussainNote 85, soit une demande d'asile concernant le Pakistan, la Cour a remarqué que « […] dans certaines circonstances, l'intervention de la police peut nuire à la cause plutôt que l'aider. Les autorités policières doivent faire des choix, en tenant compte des priorités, des tactiques et des relations à l'intérieur de la collectivité. Parfois, elles peuvent raisonnablement conclure qu'il vaut mieux ne pas intervenir dans certains événements. »

TABLE DE JURISPRUDENCE

  1. Aguilar Soto, Rafael Alberto c. M.C.I. (C.F., IMM-1883-10), Shore, 25 novembre 2010; 2010 CF 1183
  2. Ahmed, Ali c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2868-99), Pinard, 17 mai 2000
  3. Ajieh, John Kenneth Andzayie c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4985-01), MacKay, 3 mars 2003; 2003 CFPI 266
  4. Alfaro, Oscar Luis Alfaro c. M.C.I. (C.F., IMM-6905-03), O'Keefe, 20 janvier 2005; 2005 CF 92
  5. Alli, Lukman c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1984-01), O'Keefe, 26 avril 2002; 2002 CFPI 479
  6. Almendarez Matute, Reina Isabel c. M.C.I. (C.F., IMM-4698-06), Barnes, 8 juin 2007; 2007 CF 616
  7. Annan c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration), [1995] 3 C.F. 25 (1re inst.)
  8. Antypov, Roksana c. M.C.I. (C.F., IMM-4251-04), Kelen, 15 novembre 2004; 2004 CF 1589
  9. Aramburo, Juan Carlos c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6782-93), Cullen, 7 décembre 1994
  10. Arguedas, Maricela Los Angeles Alfaro c. M.C.I. (C.F., IMM-5766-02), Lemieux, 23 janvier 2004; 2004 CF 112
  11. Arias Aguilar, Jennifer c. M.C.I. (C.F., IMM-1000-05), Rouleau, 9 novembre 2005; 2005 CF 1519
  12. Ayisi-Nyarko, Isaac c. M.C.I. (C.F., IMM-3671-03), O'Reilly, 10 décembre 2003; 2003 CF 1425
  13. Badilla, Olman Gamboa c. M.C.I. (C.F., IMM-2738-04), Layden-Stevenson, 20 avril 2005; 2005 CF 535
  14. Badoeva, Manana c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4925-99), Rouleau, 29 novembre 2000
  15. Badran, Housam c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2472-95), McKeown, 29 mars 1996
  16. Bae, Ki Hwa c. M.C.I. (C.F., IMM-2275-06), Hughes, 19 avril 2007; 2007 CF 414
  17. Baku, Ervin c. M.C.I. (C.F., IMM-1090-10), Pinard, 25 novembre 2010; 2010 CF 1163
  18. Baldizon-Ortegaray, German Jose c. M.E.I. (C.F. 1re inst., 92-T-1933), 7 mai 1993. Décision publiée : Baldizon-Ortegaray c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1993), 20 Imm. L.R. (2e) 307 (C.F. 1re inst.)
  19. Balogh, Rudolf c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6193-00), Lemieux, 22 juillet 2002; 2002 CFPI 809
  20. Balogh: M.C.I. c. Balogh, Jozsef (C.F. 1re inst., IMM-982-01), Heneghan, 6 novembre 2001
  21. Banya, Tamas Aron c. M.C.I. (C.F., IMM-4630-10), Harrington, 15 mars 2011; 2011 CF 313
  22. Barabhuiyan, Abdullah Al Mamun c. M.E.I. (C.F. 1re inst., A-998-92), Tremblay-Lamer, 30 novembre 1993
  23. Bobrik, Iouri c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5519-93), Tremblay-Lamer, 16 septembre 1994
  24. Bohorquez, Gabriel Enriquez c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-7078-93), McGillis, 6 octobre 1994
  25. Bors, Karolyne c. M.C.I. (C.F., IMM-1899-10), Shore, 12 octobre 2010; 2010 CF 1004
  26. Boston, Edwin c. M.C.I. (C.F., IMM-6554-06), Snider, 4 décembre 2007; 2007 CF 1271
  27. Bukhari, Zubair Hayder c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-6344-93), Richard, 18 novembre 1994
  28. Callejas, Ana Lucretia c. M.E.I. (C.F. 1re inst., A-48-93), Gibson, 1er février 1994. Décision publiée : Callejas c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1994), 23 Imm. L.R. (2e) 253 (C.F. 1re inst.)
  29. Camacho, Jane Egre Sonia c. M.C.I. (C.F., IMM-4300-06), Barnes, 10 août 2007; 2007 CF 830
  30. Carrillo, Marlene Sirias c. M.C.I. (C.F., IMM-4908-03), Snider, 30 juin 2004; 2004 CF 944
  31. Cascante, Maria Leila Bermudez c. M.C.I. (C.F., IMM-4343-03), Kelen, 26 avril 2004; 2004 CF 603
  32. Chaves, Alejandro Jose Martinez c. M.C.I. (C.F., IMM-603-04), Tremblay-Lamer, 8 février 2005; 2005 CF 193
  33. Chebli-Haj-Hassam, Atef c. M.C.I. (C.A.F., A-191-95), Marceau, MacGuigan, Décary, 28 mai 1996. Décision publiée : Chebli-Haj-Hassam c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1996), 36 Imm. L.R. (2e) 112 (C.A.F.)
  34. Cho, Soon Ja c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4029-99), Gibson, 9 août 2000
  35. Choker, Ali c. S.G.C. (C.F. 1re inst., A-1345-92), Dubé, 30 juillet 1993
  36. Clyne, Timeka Marsha c. M.C.I. (C.F., IMM-7653-03), O'Reilly, 29 novembre 2004; 2004 CF 1670
  37. Contreras, Carlos Fabian Vassallo c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2555-94), MacKay, 19 mai 1995. Décision publiée : Contreras c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1996), 36 Imm. L.R. (2e) 75 (C.F. 1re inst.)
  38. Cuffy, Loferne Pauline c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3135-95), McKeown, 16 octobre 1996
  39. D.C.L. c. M.C.I. (C.F., IMM-3542-05), von Finckenstein, 27 mars 2006; 2006 CF 384
  40. D'Mello, Carol Shalini c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1236-97), Gibson, 22 janvier 1998
  41. Dannett, Avril c. M.C.I. (C.F., IMM-6815-05), Russell, 10 novembre 2006; 2006 CF 1363
  42. De Araujo Garcia, Debora c. M.C.I. (C.F., IMM-5987-05), Campbell, 24 janvier 2007; 2007 CF 79
  43. De Baez, Maria Beatriz Arguello c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3208-02), Dawson, 26 juin 2003; 2003 CFPI 785
  44. Diaz De Leon, Andromeda c. M.C.I. (C.F., IMM-6429-06), Frenette, 12 décembre 2007; 2007 CF 1307
  45. Duceac, Maria c. M.C.I. (C.F., IMM-899-06), O'Reilly, 23 novembre 2006; 2006 CF 1400
  46. El Khatib : M.C.I. c. El Khatib, Naif (C.A.F., A-592-94), Strayer, Robertson, McDonald, 20 juin 1996
  47. El Khatib, Naif c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5182-93), McKeown, 27 septembre 1994
  48. Elastal, Mousa Hamed c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3425-97), Muldoon, 10 mars 1999
  49. Falberg, Victor c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-328-94), Richard, 19 avril 1995
  50. Farias, Carlos Humbero Gonzales c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3305-96), Lutfy, 3 octobre 1997
  51. Ferguson, Gloria c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5927-01), Noël, 22 novembre 2002: 2002 CFPI 1212
  52. Fernandez, Laura c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-4591-93), Wetston, 19 juillet 1994
  53. Flores Carrillo: M.C.I. c. Flores Carrillo, Maria del Rosario (C.A.F., A-225-07), Létourneau, Nadon, Sharlow, 12 mars 2008; 2008 CAF 94
  54. Freiberg, Valentina c. S.E.C. (C.F. 1re inst., IMM-3419-93), Tremblay-Lamer, 27 mai 1994
  55. G.F. c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1012-95), Muldoon, 17 juin 1996
  56. Garcia Aldana, Paco Jesus c. M.C.I. (C.F., IMM-2113-06), Hughes, 19 avril 2007; 2007 CF 423
  57. Giatch, Stanislav c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-3438-93), Gibson, 22 mars 1994
  58. Gonzales, Abel Guillermo Mayorga c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-117-93), Noël, 25 février 1994
  59. Gonzalez Torres, Luis Felipe c. M.C.I. (C.F., IMM-1351-09), Zinn, 1er mars 2010; 2010 CF 234
  60. Guirgas, Nabil c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2131-96), Jerome, 20 août 1997
  61. Hernandez-Ruiz : M.E.I. c. Hernandez-Ruiz, Maria (C.A.F., A-20-92), Marceau, Létourneau, Robertson, 8 février 1993
  62. Hinzman, Jeremy c. M.C.I. et Hughey, Brandon David c. M.C.I. (C.A.F., A-182-06; A-185-06). Décary, Sexton, Evans, 30 avril 2007; 2007 CAF 171
  63. Horvath, Szuzsanna c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4001-01), Blanchard, 22 novembre 2002; 2002 CFPI 1206
  64. Howard-Dejo, Luis Fern c. M.C.I. (C.F. 1re inst., A-1179-92), Noël, 2 février 1995
  65. Hussain, Majeed c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2345-02), O'Reilly, 8 avril 2003; 2003 CFPI 406
  66. Inigo Contreras, Victor c. M.C.I. (C.F., IMM-3954-05), von Finckenstein, 16 mai 2006; 2006 CF 603
  67. Isufi, Arlind c. M.C.I. (C.F., IMM-5631-02), Tremblay-Lamer, 15 juillet 2003; 2003 CF 880
  68. Ivachtchenko, Artem c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4964-01), Lemieux, 12 décembre 2001; 2002 CFPI 1291
  69. James, Cherrie Ann Louanne c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3352-97), Wetston, 1er juin 1998. Décision publiée : James c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1998), 44 Imm. L.R. (2e) 16 (C.F. 1re inst.)
  70. James, Sherica Sherilon c. M.C.I. (C.F., IMM-5039-09), Mainville, 18 mai 2010; 2010 CF 546
  71. Johan : M.E.I. c. Johan, Stephen (C.F. 1re inst., T-1389-92), Denault, 9 février 1993
  72. Jonas, Laszlo c. M.C.I. (C.F., IMM-2726-03), Mosley, 4 août 2004; 2004 CF 1066
  73. Judge, Gurwinder Kaur c. M.C.I. (C.F., IMM-5897-03), Snider, 9 août 2004; 2004 CF 1089
  74. Kadenko : M.C.I. c. Kadenko, Ninal (C.A.F., A-388-95), Hugessen, Décary, Chevalier, 15 octobre 1996. Décision publiée : Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) c. Kadenko (1996), 143 D.L.R. (4e) 532 (C.A.F.)
  75. Karaseva, Tatiana c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4683-96), Teitelbaum, 26 novembre 1997
  76. Karoly, Szalo c. M.C.I. (C.F., IMM-1566-04), Blais, 24 mars 2005; 2005 CF 412
  77. Kashif, Muhammad c. M.C.I. (C.F., IMM-3872-06), Mosley, 4 juin 2007; 2007 CF 586
  78. Katwaru, Shivanand Kumar c. M.C.I. (C.F., IMM-3368-06), Teitelbaum, 8 juin 2007; 2007 CF 612
  79. Kogan, Meri c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-7282-93), Noël, 5 juin 1995
  80. Kraitman, Vadim c. S.E.C. (C.F. 1re inst., IMM-88-94), Teitelbaum, 5 juillet 1994. Décision publiée : Kraitman c. Canada (Secrétaire d'État) (1994), 27 Imm. L.R. (2e) 283 (C.F. 1re inst.)
  81. Kwayisi, Vida c. M.C.I. (C.F., IMM-3756-04), Layden-Stevenson, 20 avril 2005; 2005 CF 533
  82. Leon Davila, Marco Antonio c. M.C.I. (C.F., IMM-7645-05), de Montigny, 11 décembre 2006; 2006 CF 1475
  83. Lerer, Iakov c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-7438-93), Cullen, 5 janvier 1995
  84. Levitina (Chikhovtseva), Tatiana c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6591-93), Noël, 27 janvier 1995
  85. Levkovicz, Ilia c. S.E.C. (C.F. 1re inst., IMM-599-94), Nadon, 13 mars 1995
  86. Loaiza Brenes, Heyleen c. M.C.I. (C.F., IMM-2445-06), Barnes, 2 avril 2007; 2007 CF 351
  87. Machado, Hugo Ricardo Gonzalez c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-7155-93), Rothstein, 27 octobre 1994
  88. Madoui, Nidhal Abderrah c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-660-96), Denault, 25 octobre 1996
  89. Malik, Gurjit Singh c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1918-02), Tremblay-Lamer, 17 avril 2003; 2003 CFPI 453
  90. Mallam, Sanni Mohammad c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2780-96), Pinard, 30 juin 1997
  91. Malveda, Dennis c. M.C.I. (C.F., IMM-6519-06), Russell, 4 avril 2008; 2008 CF 447
  92. Mann, Satinder Pal Singh c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6554-00), Tremblay-Lamer, 6 septembre 2001
  93. Manorath, Rahonie c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2369-94), Cullen, 26 janvier 1995
  94. Martinez, Dunnia Patricia Suarez c. M.C.I. (C.F., IMM-7329-04), Phelan, 29 juillet 2005; 2005 CF 1050
  95. Medina, Blanca Patricia c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2322-94), Simpson, 30 octobre 1995
  96. Mejia, Alberto c. M.C.I. (C.F., IMM-2757-03), Pinard, 30 juin 2004; 2004 CF 925
  97. Mejia, Juana Ubaldina Garcia c. M.C.I. (C.F., 4645-02), Tremblay-Lamer, 10 octobre 2003; 2003 CF 1180
  98. Mendivil, Luis Altamirano c. S.E.C. (C.A.F., A-132-93), Marceau, Stone, Desjardins, 7 février 1994. Décision publiée : Mendivil c. Canada (Secrétaire d'État) (1994), 23 Imm. L.R. (2e) 225 (C.A.F.)
  99. Mendoza, Elizabeth Aurora Hauayek c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2997-94), Muldoon, 24 janvier 1996
  100. Milev, Dane c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1125-95), MacKay, 28 juin 1996
  101. Miranda, Elmer Edgar Valencia c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5882-93), Muldoon, 31 mars 1995
  102. Mohacsi, Janos c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1298-02), Martineau, 11 avril 2003; 2003 CFPI 429
  103. Molnar, Elek c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-285-02), Tremblay-Lamer, 16 octobre 2002; 2002 CFPI 1081
  104. Morales Filigrana, Felipe c. M.C.I. (C.F., IMM-2440-05), Harrington, 25 octobre 2005; 2005 CF 1447
  105. Moreno, Sebastian Velasco c. M.C.I. (C.F., IMM-454-10), Lutfy, 5 octobre 2010; 2010 CF 993
  106. Muotoh, Ndukwe Christopher c. M.C.I. (C.F., IMM-3330-05), Blais, 25 novembre 2005; 2005 CF 1599
  107. Musorin, (Rodshtein), Valei c. M.C.I. (C.F., IMM-2218-04), Snider, 24 mars 2005; 2005 CF 408
  108. Nadeem, Choudhry Muhammad c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6320-00), McKeown, 15 novembre 2001
  109. Nagy, Laszlo c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1467-01), Simpson, 14 mars 2002; 2002 CFPI 281
  110. Nduwimana, Thierive c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1077-01), Lutfy, 23 juillet 2002; 2002 CFPI 812
  111. Neto, Joao Reis c. M.C.I. (C.F., IMM-4061-06), Mactavish, 21 juin 2007; 2007 CF 664
  112. Nizar c. M.C.I. (C.F. 1re inst., A-1-92), Reed, 10 janvier 1996
  113. Nunez, Anibal Christyan Monte Rey c. M.C.I. (C.F., IMM-925-05), Mosley, 6 décembre 2005; 2005 CF 1661
  114. Oblitas, Jorge c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2489-94), Muldoon, 2 février 1995
  115. Olah : M.C.I. c. Olah, Bernadett (C.F. 1re inst., IMM-2763-01), McKeown, 24 mai 2002; 2002 CFPI 595
  116. Ortega : M.C.I. c. Ortega, Alberto Sandova (C.F., IMM-2910-03), O'Keefe, 20 octobre 2004; 2004 CF 1463
  117. Ozvald, Zoltan c. M.C.I. (C.F., IMM-6402-03), Lemieux, 15 septembre 2004; 2004 CF 1250
  118. Pachkov, Stanislav c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2340-98), Teitelbaum, 8 janvier 1999. Décision publiée : Pachkov c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1999), 49 Imm. L.R. (2e) 55 (C.F. 1re inst.)
  119. Paul, Doris c. M.C.I. (C.F., IMM-1470-07), Shore, 17 avril 2007; 2007 CF 398
  120. Peralta Razo, Juan Carlos c. M.C.I. (C.F., IMM-209-06), Dawson, 30 novembre 2007; 2007 CF 1265
  121. Peralta, Gloria Del Carmen c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5451-01), Heneghan, 20 septembre 2002; 2002 CFPI 989
  122. Persue, Yolande c. M.C.I. (C.F., IMM-5827-03), Snider, 29 juillet 2004; 2004 CF 1042
  123. Petit, Juan Daniel Ayllon c. M.C.I. (C.F. 1re inst., A-1197-92), Rouleau, 12 janvier 1996
  124. Pikulin, Alexandr c. M.C.I. (C.F., IMM-5787-09), Martineau, 1er octobre 2010; 2010 CF 979
  125. Pilliyan, Ponni c. M.C.I. (C.F., IMM-5320-03), Phelan, 28 mai 2004; 2004 CF 784
  126. Prieto Velasco, Augosto Pedro c. M.C.I. (C.F., IMM-3900-06), Shore, 8 février 2007; 2007 CF 133
  127. Quintero, Wilfredo Cruz c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3447-96), Campbell, 6 juin 1997
  128. Rajudeen, Zahirdeen c. M.E.I. (C.A.F., A-1779-83), Heald, Hugessen, Stone (motifs concordants), 4 juillet 1984. Décision publiée : Rajudeen c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1984), 55 N.R. 129 (C.A.F.)
  129. Resulaj, Blerina c. M.C.I. (C.F., IMM-9548-04), Layden-Stevenson, 28 février 2006; 2006 CF 269
  130. Risak, Boris c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-6087-93), Dubé, 24 octobre 1994. Décision publiée : Risak c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1994), 25 Imm. L.R. (2e) 267 (C.F. 1re inst.)
  131. Rivera, Jesus Vargas c. M.C.I. (C.F., IMM-5824-02), Beaudry, 5 novembre 2003; 2003 CF 1292
  132. Roble, Abdi Burale c. M.E.I. (C.A.F., A-1101-91), Heald, Stone, McDonald, 25 avril 1994. Décision publiée : Roble c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1994), 169 N.R. 125 (C.A.F.)
  133. Rodriguez Capitaine, Rogelio c. M.C.I. (C.F., IMM-3449-07), Gauthier, 24 janvier 2008; 2008 CF 98
  134. Saavedra Sanchez, Perla c. M.C.I. (C.F., IMM-1604-07), Barnes, 5 février 2008; 2008 CF 134
  135. Saidi, Ahmed Abrar c. M.E.I. (C.F. 1re inst., A-749-92), Wetston, 14 septembre 1993
  136. Salazar Santos, Marco Antonio c. M.C.I. (C.F., IMM-4602-06), Barnes, 30 juillet 2007; 2007 CF 793
  137. Sami, Sami Qowdon c. M.E.I. (C.F. 1re inst., A-629-92), Simpson, 1er juin 1994
  138. Sanchez, Leonardo Gonzalez c. M.C.I. (C.F., IMM-3154-03), Mactavish, 18 mai 2004; 2004 CF 731
  139. Sandy, Theresa Charmaine c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-22-95), Reed, 30 juin 1995
  140. Sanxhaku, Rexhep c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3086-99), Dawson, 9 juin 2000
  141. Satiacum : M.E.I. c. Satiacum, Robert (C.A.F., A-554-87), Urie, Mahoney, MacGuigan, 16 juin 1989. Décision publiée : Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) c. Satiacum (1989), 99 N.R. 171 (C.A.F.)
  142. Segura Cortes, Tania Elisa c. M.C.I. (C.F., IMM-951-06), von Finckenstein, 12 décembre 2006; 2006 CF 1487
  143. Silva, Donakanthi Sujatha c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-4584-93), Denault, 3 août 1994
  144. Smirnov c. Canada (Secrétaire d'État), [1995] 1 C.F. 780 (1re inst.)
  145. Smith : M.C.I. c. Smith, Bob (C.F. 1re inst., IMM-3068-97), Lutfy, 7 décembre 1998
  146. Soopramanien, Dorothy Anette c. S.G.C. (C.F. 1re inst., A-1572-92), Pinard, 5 octobre 1993
  147. Starikov, Nicolai c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1200-95), Pinard, 10 avril 1996
  148. Surujpal, Khemraj c. M.E.I. (C.A.F., A-515-84), Mahoney, Stone, MacGuigan, 25 avril 1985. Décision publiée : Surujpal c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1985), 60 N.R. 73 (C.A.F.)
  149. Szorenyi, Gabor c. M.C.I. (C.F., IMM-2817-02), O'Keefe, 25 novembre 2003; 2003 CF 1382
  150. Szucs, Sandor c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6248-99), Blais, 3 octobre 2000
  151. Tarakhan, Ali c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1506-95), Denault, 10 novembre 1995. Décision publiée : Tarakhan c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1995), 32 Imm. L.R. (2e) 83 (C.F. 1re inst.)
  152. Tatarski, Aleksandar Zhivkov c. M.C.I. (C.F., IMM-5590-09), Beaudry, 17 juin 2010; 2010 CF 660
  153. Thabet, Marwan Youssef c. M.C.I. (C.A.F., A-20-96), Linden, McDonald, Henry, 11 mai 1998. Décision publiée : Thabet c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration), [1998] 4 C.F. 21 (C.A.)
  154. Thakur, Ramesh Chander c. M.E.I. (C.F. 1re inst., 92-T-1665), Dubé, 18 juin 1993
  155. Torres, Betsabe Del Carmen Balmaceda c. M.C.I. (C.F., IMM-2009-04), Pinard, 10 mai 2005; 2005 CF 660
  156. Troya Jimenez, Jose Walter c. M.C.I. (C.F., IMM-128-10), Mainville, 7 juillet 2010; 2010 CF 727
  157. Ullah, Safi c. M.C.I. (C.F., IMM-7814-04), Phelan, 22 juillet 2005; 2005 CF 1018
  158. Varga, Attila Csaba c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3363-00), McKeown, 18 mai 2001
  159. Velarde-Alvarez, Jorge Luis c. S.S.C. (C.F. 1re inst., IMM-194-94), McKeown, 9 février 1995. Décision publiée : Velarde-Alvarez, Jorge Luis c. S.S.C. (C.F. 1re inst., IMM-194-94), McKeown, 9 février 1995. Décision également répertoriée sous Velarde-Alvarez c. Canada (Secrétaire d'État) (1995), 27 Imm. L.R. (2e) 88 (C.F.P.I.)
  160. Vickneswaramoorthy : M.C.I. c. Vickneswaramoorthy, Poologam (C.F. 1re inst., IMM-2634-96), Jerome, 2 octobre 1997
  161. Vielma, Eduardo Enrique Pena c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-786-94), Rothstein, 10 novembre 1994
  162. Villafranca : M.E.I. c. Villafranca, Ignacio (C.A.F., A-69-90), Hugessen, Marceau, Décary, 18 décembre 1992. Décision publiée : Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) c. Villafranca (1992), 18 Imm. L.R. (2e) 130 (C.A.F.)
  163. Villanueva, Carlos Wilfredo Flores c. M.C.I. (C.F., IMM-6897-03), Pinard, 1er octobre 2004; 2004 CF 1320
  164. Virag, Istvan Pal c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2761-02), Simpson, 2 juin 2003; 2003 CFPI 698
  165. Ward : Canada (Procureur général) c. Ward, [1993] 2 R.C.S. 689; 103 D.L.R. (4e) 1; 20 Imm. L.R. (2e) 85
  166. Williams, Debby c. S.E.C. (C.F. 1re inst., IMM-4244-94), Reed, 30 juin 1995
  167. Yaguna, Jose Stalin Rojas c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2468-94), Simpson, 25 mai 1995
  168. Yanahida, Gustavo Angel Castro c. S.G.C. (C.F. 1re inst., IMM-6019-93), Richard, 13 octobre 1994
  169. Ye, Xin Hao c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-276-01), O'Keefe, 25 février 2002; 2002 CFPI 201
  170. Yokota, Aldo Renato Rossi c. M.C.I. (C.F., IMM-8386-03), Lutfy, 8 septembre 2004; 2004 CF 1226
  171. Zaidan, Bilal c. S.E.C. (C.F. 1re inst., A-1147-92), Noël, 16 juin 1994
  172. Zalzali c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration), [1991] 3 CF 605 (C.A.)
  173. Zhuravlvev c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration), [2000] 4 C.F. 3 (1re inst.)
  174. Zvonov, Sergei c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-3030-93), Rouleau, 18 juillet 1994. Décision publiée : Zvonov c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1994), 28 Imm. L.R. (2e) 23 (C.F. 1re inst.)

Notes

Note 1

Canada (Procureur général) c. Ward, [1993] 2 R.C.S. 689, 103 D.L.R. (4e) 1, 20 Imm. L.R. (2e) 85.

Retour à la référence de la note 1

Note 2

M.C.I. c. Olah, Bernadett (C.F. 1re inst., IMM-2763-01), McKeown, 24 mai 2002; 2002 CFPI 595. La Cour a souligné que la preuve pertinente permettant de trancher cette question comprend la preuve documentaire et les circonstances personnelles du demandeur d'asile. Les sentiments subjectifs de ce dernier à l'égard de la protection de l'État ne constitueraient donc pas un facteur pertinent. Voir aussi Judge, Gurwinder Kaur c. M.C.I. (C.F., IMM-5897-03), Snider, 9 août 2004; 2004 CF 1089, où la Cour confirme que le critère permettant de savoir si la protection de l'État est raisonnablement disponible est considéré comme objectif. Dans Camacho, Jane Egre Sonia c. M.C.I. (C.F., IMM-4300-06), Barnes, 10 août 2007; 2007 CF 830, la Cour a fait remarquer qu'un demandeur d'asile ne réfute pas la présomption de la protection de l'État dans une véritable démocratie en invoquant seulement une réticence « subjective » à demander la protection de l'État. Sur la même question, voir Baku, Ervin c. M.C.I. (C.F., IMM-1090-10), Pinard, 25 novembre 2010; 2010 CF 1163.

Retour à la référence de la note 2

Note 3

Gonzalez Torres, Luis Felipe c. M.C.I. (C.F., IMM-1351-09), Zinn, 1er mars 2010; 2010 CF 234. La Cour entre dans les détails aux paragraphes 37 à 42.

Retour à la référence de la note 3

Note 4

Ward, supra, note 1, à 709. Dans Madoui, Nidhal Abderrah c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-660-96), Denault, 25 octobre 1996, le demandeur d'asile, originaire d'Algérie, avait séjourné en Italie avant sa venue au Canada. La Section du statut de réfugié (SSR) a jugé que le défaut de demander l'asile en Italie traduisait une absence de crainte subjective. Pour étayer sa prétention selon laquelle il n'était nullement tenu de demander la protection d'un État qui n'en accorde pas, le demandeur d'asile a produit des statistiques établissant que l'Italie accorde rarement le statut de réfugié à des demandeurs d'asile comme lui. La Cour a rejeté l'idée d'un parallèle, à partir de l'arrêt Ward, entre l'absence de protection d'un État à ses citoyens et le refus d'un État d'accorder la qualité de réfugié à certains demandeurs d'asile. « Avant de prétendre que ses démarches n'avaient aucune chance de succès, tant [en Algérie] […] pour assurer sa protection qu'auprès des autorités italiennes pour obtenir le statut de réfugié, encore fallait-il que le [demandeur d'asile] ait fait ces démarches à moins, comme la Cour suprême l'a énoncé dans Ward, d'établir le caractère raisonnable de son omission de se prévaloir de cette protection, le cas échéant. »

Retour à la référence de la note 4

Note 5

Ward, supra, note 1, à 724 et 754. De même, à 754, la Cour a indiqué qu'une demande d'asile valide contre un pays de nationalité ne sera pas rejetée si le demandeur d'asile s'est vu refuser toute protection (par exemple en se voyant refuser l'admission) par un autre pays dont il est un ressortissant.

Retour à la référence de la note 5

Note 6

Ward, supra, note 1, à 712 et 722. Voir aussi Miranda, Elmer Edgar Valencia c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5882-93), Muldoon, 31 mars 1995, où la Cour a affirmé, à 23, que « l'incapacité de l'État de protéger est un élément crucial permettant de trancher la question de savoir si la revendication du statut de réfugié est objectivement fondée […] le tribunal a fait un examen distinct de ce qui aurait dû être des éléments hautement entremêlés ». Dans Ahmed, Ali c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2868-99), Pinard, 17 mai 2000, la Cour a souligné que l'absence de protection de l'État est pertinente après qu'un lien a été établi entre la persécution subie et un motif énoncé dans la Convention. Voir aussi Mejia, Juana Ubaldina Garcia c. M.C.I. (C.F., 4645-02), Tremblay-Lamer, 10 octobre 2003; 2003 CF 1180, où la Cour a réaffirmé que la question de la protection de l'État ne se pose que si un lien est établi. De même, il n'est pas nécessaire de considérer la protection de l'État si le demandeur d'asile ne réussit pas à établir une crainte subjective d'être persécuté : Rivera, Jesus Vargas c. M.C.I. (C.F., IMM-5824-02), Beaudry, 5 novembre 2003; 2003 CF 1292. Voir aussi M.C.I. c. Balogh, Jozsef (C.F. 1re inst., IMM-982-01), Heneghan, 6 novembre 2001, où la Cour a statué que la question de la protection de l'État fait partie intégrante de l'analyse relative à la qualité de réfugié au sens de la Convention. S'il n'y a pas de risque de persécution, la question de la protection de l'État ne se pose pas.

Retour à la référence de la note 6

Note 7

Muotoh, Ndukwe Christopher c. M.C.I. (C.F., IMM-3330-05), Blais, 25 novembre 2005; 2005 CF 1599. Cependant, si le demandeur d'asile court un risque, il ne suffit pas d'analyser de manière générale l'existence de la protection de l'État. La Commission doit établir un lien entre les conclusions générales et les circonstances particulières du demandeur d'asile : Ullah, Safi c. M.C.I (C.F., IMM-7814-04), Phelan, 22 juillet 2005; 2005 CF 1018.

Retour à la référence de la note 7

Note 8

La Cour suprême du Canada a adopté essentiellement les paragraphes 98, 99 et 100 du Guide du Haut Commissariat des Nations Unies parce qu'il s'agit d'une « interprétation tout à fait raisonnable de la définition actuelle » (Ward, à 718). Voici ces paragraphes :

98. Lorsqu'il ne peut se réclamer de cette protection, cela tient à des circonstances indépendantes de sa volonté. Il peut y avoir, par exemple, un état de guerre, une guerre civile ou d'autres troubles graves qui empêchent le pays dont l'intéressé a la nationalité de lui accorder sa protection ou qui rendent cette protection inefficace. La protection du pays dont l'intéressé a la nationalité peut également lui avoir été refusée. Ce refus de protection peut confirmer ou accroître la crainte qu'a l'intéressé d'être persécuté et peut même constituer en soi un élément de persécution.

99. Ce qu'il faut entendre par refus de protection doit être déterminé selon les circonstances de l'affaire. S'il apparaît que l'intéressé s'est vu refuser le bénéfice de certains droits ou prestations (par exemple la délivrance d'un passeport national ou la prorogation de ce passeport ou l'admission sur le territoire national) qui sont normalement accordés à ses compatriotes, cela peut constituer un refus de protection au sens de la définition.

100. Les mots « ne veut » s'appliquent au réfugié qui refuse d'accepter la protection du gouvernement du pays dont il a la nationalité. Ils sont explicités par les mots « du fait de cette crainte ». Lorsqu'une personne accepte de se réclamer de la protection de son pays, cette acceptation est normalement incompatible avec le fait de se trouver hors de son pays par crainte d'être persécuté. Chaque fois qu'il est admis à bénéficier de la protection du pays dont il a la nationalité, et qu'il n'a aucune raison, fondée sur une crainte justifiée, de refuser cette protection, l'intéressé n'a pas besoin de la protection internationale et n'est pas un réfugié.

Retour à la référence de la note 8

Note 9

Ward, supra, note 1, à 720 et 721.

Retour à la référence de la note 9

Note 10

Certains cas laissent entendre que la Commission devrait évaluer la crainte subjective du demandeur d'asile avant de se pencher sur le fondement objectif de sa crainte, y compris la disponibilité de la protection de l'État. Voir, par exemple, Troya Jimenez, Jose Walter c. M.C.I. (C.F., IMM-128-10), Mainville, 7 juillet 2010; 2010 CF 727; et Pikulin, Alexandr c. M.C.I. (C.F., IMM-5787-09), Martineau, 1er octobre 2010; 2010 CF 979. Dans Moreno, Sebastian Velasco c. M.C.I. (C.F., IMM-454-10), Lutfy, 5 octobre 2010; 2010 CF 993, la Cour a déclaré que « [l]a question de la protection de l'État ne saurait être un moyen d'éviter de rendre une décision claire au sujet de la crainte subjective de persécution ».

Retour à la référence de la note 10

Note 11

Ward, supra, note 1, à 722. Voir aussi Sandy, Theresa Charmaine c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-22-95), Reed, 30 juin 1995, où la Cour a affirmé, à 2 et 3 : « La présomption que la persécution sera probable, et la crainte justifiée, découle uniquement de l'établissement de la crainte subjective d'un demandeur, 'en l'absence de protection de l'État' (voir Ward, supra, note 1), c'est-à-dire que la preuve de l'incapacité de l'État d'assurer la protection, ou une présomption y afférente, ne découle pas de la conclusion que le [demandeur d'asile] a une crainte subjective. La nécessité de prouver 'l'incapacité de l'État d'assurer la protection' est une condition additionnelle, et elle se rapporte à l'établissement du fondement objectif de la crainte subjective du [demandeur d'asile]. » Voir également Olah, supra, note 2.

Retour à la référence de la note 11

Note 12

Ward, supra, note 1, à 722.

Retour à la référence de la note 12

Note 13

Ward, supra, note 1, à 724-726.

Retour à la référence de la note 13

Note 14

Ward, supra, note 1, à 726.

Retour à la référence de la note 14

Note 15

Hinzman, Jeremy c. M.C.I. et Hughey, Brandon David c. M.C.I. (C.A.F., A-182-06; A-185-06). Décary, Sexton, Evans, 30 avril 2007; 2007 CAF 171 (autorisation d'interjeter appel rejetée par la Cour suprême du Canada le 15 novembre 2007 [2007] C.S.C.R. no 321). Voir aussi le chapitre 9, qui contient une analyse complète de l'arrêt Hinzman.

Retour à la référence de la note 15

Note 16

Chaves, Alejandro Jose Martinez c. M.C.I. (C.F., IMM-603-04), Tremblay-Lamer, 8 février 2005; 2005 CF 193.

Retour à la référence de la note 16

Note 17

Badran, Housam c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2472-95), McKeown, 29 mars 1996, à 3-4.

Retour à la référence de la note 17

Note 18

Ward, supra, note 1, à 724. Ce principe a été appliqué dans Aramburo, Juan Carlos c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6782-93), Cullen, 7 décembre 1994 (concernant des demandeurs d'asile d'Argentine) et dans Lerer, Iakov c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-7438-93), Cullen, 5 janvier 1995 (concernant des demandeurs d'asile juifs originaires de la Russie).

Retour à la référence de la note 18

Note 19

  Peralta, Gloria Del Carmen c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5451-01), Heneghan, 20 septembre 2002; 2002 CFPI 989. Voir également Sanchez, Leonardo Gonzalez c. M.C.I. (C.F., IMM-3154-03), Mactavish, 18 mai 2004; 2004 CF 731  et l'analyse qui figure à la section 6.1.8. Dans Garcia Aldana, Paco Jesus c. M.C.I. (C.F., IMM-2113-06), Hughes, 19 avril 2007; 2007 CF 423, la Cour a fait remarquer que la Commission doit tenir compte des mesures effectivement prises par le demandeur d'asile en fonction de la situation du pays et des interactions que celui-ci a eues avec les autorités policières; dans Prieto Velasco, Augosto Pedro c. M.C.I. (C.F., IMM-3900-06), Shore, 8 février 2007; 2007 CF 133, la Cour a constaté que la Section de la protection des réfugiés (SPR) n'avait pas considéré le fait que la situation des demandeurs d'asile s'était aggravée après qu'ils eurent porté plainte à la police.

Retour à la référence de la note 19

Note 20

Segura Cortes, Tania Elisa c. M.C.I. (C.F., IMM-951-06), von Finckenstein, 12 décembre 2006; 2006 CF 1487.

Retour à la référence de la note 20

Note 21

Malveda, Dennis c. M.C.I. (C.F., IMM-6519-06), Russell, 4 avril 2008; 2008 CF 447.

Retour à la référence de la note 21

Note 22

M.C.I. c. Flores Carrillo, Maria del Rosario (C.A.F., A-225-07), Létourneau, Nadon, Sharlow, 12 mars 2008; 2008 CAF 94.

Retour à la référence de la note 22

Note 23

Expliquée par la Cour comme devant « être digne de foi et avoir une valeur probante ».

Retour à la référence de la note 23

Note 24

James, Sherica Sherilon c. M.C.I. (C.F., IMM-5039-09), Mainville, 18 mai 2010; 2010 CF 546. Voir aussi D.C.L. c. M.C.I. (C.F., IMM-3542-05), von Finckenstein, 27 mars 2006; 2006 CF 384.

Retour à la référence de la note 24

Note 25

Ward, supra, note 1, à 724. Voir aussi Kogan, Meri c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-7282-93), Noël, 5 juin 1995, où, d'après la Cour, la SSR pouvait raisonnablement conclure que les autorités n'avaient pas refusé de protéger les demandeurs d'asile puisque ceux-ci étaient incapables d'identifier leurs agresseurs et avaient tardé à porter plainte. Voir aussi Carrillo, Marlene Sirias c. M.C.I. (C.F., IMM-4908-03), Snider, 30 juin 2004; 2004 CF 944; et Cascante, Maria Leila Bermudez c. M.C.I. (C.F., IMM-4343-03), Kelen, 26 avril 2004; 2004 CF 603, arrêts dans lesquels la Cour partage l'avis de la SPR, soit que ces demandeurs d'asile costaricains auraient dû porter plainte au bureau de l'ombudsman. Par ailleurs, dans Medina, Blanca Patricia c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2322-94), Simpson, 30 octobre 1995, la Cour a décidé que le défaut de la demandeure d'asile de s'adresser à l'État pour obtenir sa protection était raisonnable parce qu'elle avait de bonnes raisons de croire que ses assaillants étaient des agents de sécurité de l'État. Voir également la note 4. Dans Farias, Carlos Humbero Gonzales c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3305-96), Lutfy, 3 octobre 1997, la Cour a statué que la SSR avait commis une erreur en ne précisant pas quelles mesures supplémentaires les demandeurs d'asile auraient dû prendre pour obtenir la protection de l'État, en particulier lorsque l'agent de persécution était l'État. Voir aussi Quintero, Wilfredo Cruz c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3447-96), Campbell, 6 juin 1997, où la SSR a commis une erreur en reprochant au demandeur d'asile hondurien de ne pas avoir sollicité la protection de l'État lorsque l'agent de persécution était le service national d'enquêtes (DNI).

Retour à la référence de la note 25

Note 26

Ward, supra, note 1, à 724.

Retour à la référence de la note 26

Note 27

D'Mello, Carol Shalini c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1236-97), Gibson, 22 janvier 1998.

Retour à la référence de la note 27

Note 28

Dans une affaire où la demandeure d'asile était mineure quand elle a été sexuellement agressée par son beau-père, la Cour a souligné qu'il fallait évaluer l'omission de solliciter la protection à la lumière du statut de mineure de la demandeure d'asile à ce moment-là : D.C.L., supra, note 24.

Retour à la référence de la note 28

Note 29

Badilla, Olman Gamboa c. M.C.I. (C.F., IMM-2738-04), Layden-Stevenson, 20 avril 2005; 2005 CF 535; Chaves, Alejandro Jose Martinez c. M.C.I. (C.F., IMM-603-04), Tremblay-Lamer, 8 février 2005; 2005 CF 193; Morales Filigrana, Felipe c. M.C.I. (C.F., IMM-2440-05), Harrington, 25 octobre 2005; 2005 CF 1447; Musorin, (Rodshtein), Valei c. M.C.I. (C.F., IMM-2218-04), Snider, 24 mars 2005; 2005 CF 408; et Nunez, Anibal Christyan Monte Rey c. M.C.I. (C.F., IMM-925-05), Mosley, 6 décembre 2005; 2005 CF 1661.

Retour à la référence de la note 29

Note 30

Aguilar Soto, Rafael Alberto c. M.C.I. (C.F., IMM-1883-10), Shore, 25 novembre 2010; 2010 CF 1183. Voir en outre Prieto Velasco, supra, note 19.

Retour à la référence de la note 30

Note 31

Dans Nadeem, Choudhry Muhammad c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6320-00), McKeown, 15 novembre 2001, la Cour a conclu que la SSR n'avait pas commis d'erreur en affirmant que la question n'était pas de savoir s'il existait une preuve claire et convaincante démontrant que la police ne pouvait raisonnablement garantir une protection efficace, mais s'il existait une preuve claire et convaincante montrant que la police ne ferait pas d'efforts raisonnablement sérieux pour offrir une protection. Il incombe au demandeur d'asile de produire une preuve claire et convaincante que la police ne fournirait pas sa protection, et non à la Commission de démontrer que l'État assurera une protection. Dans Ayisi-Nyarko, Isaac c. M.C.I. (C.F., IMM-3671-03), O'Reilly, 10 décembre 2003; 2003 CF 1425, le demandeur d'asile croyait qu'il serait probablement inutile de faire une déclaration à la police, parce que les suspects sont souvent libérés sous cautionnement, puis exercent des représailles contre leurs accusateurs. La preuve, cependant, n'était pas suffisante pour écarter la présomption que les États veulent et peuvent protéger leurs citoyens (Ward). La Cour d'appel fédérale, dans Flores Carrillo, supra, note 22, a clairement précisé que la charge de produire une « preuve claire et convaincante » n'est que cela, une charge de présentation, selon la prépondérance des probabilités, destinée à réfuter la présomption de la protection de l'État.

Retour à la référence de la note 31

Note 32

Zalzali c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration), [1991] 3 C.F. 605 (C.A.), à 614; Ward, supra, note 1, à 725.

Retour à la référence de la note 32

Note 33

Ward, supra, note 1, à 725. Dans l'affaire suivante, la SSR n'a pas dûment tenu compte de la preuve relative à d'autres personnes se trouvant dans une situation similaire : Sanxhaku, Rexhep c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3086-99), Dawson, 9 juin 2000.

Retour à la référence de la note 33

Note 34

Ward, supra, note 1, à 725. Voir également la section 6.1.12 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note 34

Note 35

M.E.I. c. Satiacum, Robert (C.A.F., A-554-87), Urie, Mahoney, MacGuigan, 16 juin 1989. Décison publiée : Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) c. Satiacum (1989), 99 N.R. 171 (C.A.F.).

Retour à la référence de la note 35

Note 36

Ward, supra, note 1, à 725 (citant Satiacum, à 176). Voir aussi M.E.I. c. Hernandez-Ruiz, Maria (C.A.F., A-20-92), Marceau, Létourneau, Robertson, 8 février 1993; Bukhari, Zubair Hayder c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-6344-93), Richard, 18 novembre 1994.

Retour à la référence de la note 36

Note 37

M.C.I. c. Kadenko, Ninal (C.A.F., A-388-95), Hugessen, Décary, Chevalier, 15 octobre 1996. Décision publiée : Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) c. Kadenko (1996), 143 D.L.R. (4e) 532 (C.A.F.), (autorisation d'interjeter appel refusée par la Cour suprême du Canada le 8 mai 1997). Voir aussi M.C.I. c. Smith, Bob (C.F. 1re inst., IMM-3068-97), Lutfy, 7 décembre 1998  où la Cour a indiqué que « le degré de preuve claire et convaincante exigé pour réfuter la présomption de la capacité d'un État d'assurer la protection dépendra du caractère démocratique de ses processus ». Dans Diaz De Leon, Andromeda c. M.C.I. (C.F., IMM-6429-06), Frenette, 12 décembre 2007; 2007 CF 1307, la Cour a souligné que, dans le cas d'une démocratie en développement (en l'espèce le Mexique), où la corruption et le trafic de stupéfiants sont courants, il peut être plus facile de réfuter la présomption de la protection de l'État, surtout si, comme en l'espèce, ceux dont la tâche était de protéger le public ne pouvaient se protéger eux-mêmes. Dans Rodriguez Capitaine, Rogelio c. M.C.I. (C.F., IMM-3449-07), Gauthier, 24 janvier 2008; 2008 CF 98, la Cour, aux paragraphes 20 à 22, traite de la notion d'« éventail démocratique » évoquée dans Hinzman, supra, note 15. Cette notion semble s'appliquer non seulement à l'épuisement des recours, mais aussi à la preuve nécessaire pour réfuter la présomption et à la question visant à savoir s'il serait déraisonnable de ne pas solliciter la protection.

Retour à la référence de la note 37

Note 38

Hinzman, supra, note 15.

Retour à la référence de la note 38

Note 39

Katwaru, Shivanand Kumar c. M.C.I. (C.F., IMM-3368-06), Teitelbaum, 8 juin 2007; 2007 CF 612.

Retour à la référence de la note 39

Note 40

Loaiza Brenes, Heyleen c. M.C.I. (C.F., IMM-2445-06), Barnes, 2 avril 2007; 2007 CF 351.

Retour à la référence de la note 40

Note 41

Leon Davila, Marco Antonio c. M.C.I. (C.F., IMM-7645-05), de Montigny, 11 décembre 2006; 2006 CF 1475.

Retour à la référence de la note 41

Note 42

Dans Pilliyan, Ponni c. M.C.I. (C.F., IMM-5320-03), Phelan, 28 mai 2004; 2004 CF 784, la Cour a infirmé la décision rendue par la SPR selon laquelle « il existe des mesures de protection des aînés au Sri Lanka qui sont plutôt à la hauteur pour un pays du Tiers-Monde ».

Retour à la référence de la note 42

Note 43

Zalzali, supra, note 32.

Retour à la référence de la note 43

Note 44

Zalzali, supra, note 32, à 615. Appliqué dans Sami, Sami Qowdon c. M.E.I. (C.F. 1re inst., A-629-92), Simpson, 1er juin 1994 (concernant le Somaliland). Voir aussi Saidi, Ahmed Abrar c. M.E.I. (C.F. 1re inst., A-749-92), Wetston, 14 septembre 1993, à 3 (concernant une possibilité de refuge intérieur dans le nord de la Somalie).

Retour à la référence de la note 44

Note 45

Chebli-Haj-Hassam, Atef c. M.C.I. (C.A.F., A-191-95), Marceau, MacGuigan, Décary, 28 mai 1996. Décision publiée : Chebli-Haj-Hassam c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1996), 36 Imm. L.R. (2e) 112 (C.A.F.). Voir aussi Isufi, Arlind c. M.C.I. (C.F., IMM-5631-02), Tremblay-Lamer, 15 juillet 2003; 2003 CF 880, où la Cour, après avoir examiné la situation d'un demandeur d'asile du Kosovo, a tenu ces propos : « En l'espèce, il n'y a aucune différence d'intérêts entre les forces des Nations Unies et le gouvernement de la République fédérale de Yougoslavie. La Commission n'a donc pas commis d'erreur lorsqu'elle a estimé qu'une protection d'État était accessible au demandeur par l'entremise d'organes non étatiques […] La présence de forces des Nations Unies n'est pas la preuve d'une désagrégation de l'appareil d'État en Yougoslavie ou au Kosovo. Les forces des Nations Unies et la police de sécurité des Nations Unies au Kosovo travaillent au maintien de l'ordre en collaboration avec les services policiers locaux du Kosovo. »

Retour à la référence de la note 45

Note 46

Choker, Ali c. S.G.C. (C.F. 1re inst., A-1345-92), Dubé, 30 juillet 1993. Voir également la section 6.1.12 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note 46

Note 47

Zalzali, supra, note 32, à 615.

Retour à la référence de la note 47

Note 48

M.E.I. c. Villafranca, Ignacio (C.A.F., A-69-90), Hugessen, Marceau, Décary, 18 décembre 1992. Décision publiée : Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) c. Villafranca (1992), 18 Imm. L.R. (2e) 130 (C.A.F.). Dans Sanxhaku, Rexhep c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3086-99), Dawson, 9 juin 2000, la Cour a souligné que, pour que s'applique Villafranca, il est nécessaire de conclure que l'État a le contrôle efficient de son territoire. Dans Nduwimana, Thierive c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1077-01), Lutfy, 23 juillet 2002; 2002 CFPI 812, la Cour a souligné que la SSR n'avait pas introduit de nouveau critère relatif à la protection de l'État. Ayant conclu que la demandeure d'asile n'avait pas réfuté la présomption de la protection de l'État conformément aux principes établis dans Villafranca, la SSR a tout simplement remarqué que la protection de l'État, même si elle n'est pas entièrement efficace, doit être telle qu'un demandeur d'asile ne sera pas exposé à un risque sérieux de persécution s'il est renvoyé dans son pays d'origine. La Cour a toutefois servi une mise en garde dans Mohacsi, Janos c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1298-02), Martineau, 11 avril 2003; 2003 CFPI 429 : s'il subsiste des doutes quant à l'efficacité des moyens utilisés par le gouvernement pour protéger ses citoyens, la Commission doit « confronter la situation théorique » avec le vécu du demandeur d'asile. Voir aussi Peralta Razo, Juan Carlos c. M.C.I. (C.F., IMM-209-06), Dawson, 30 novembre 2007; 2007 CF 1265, où, selon la Cour, il ne suffit pas qu'un État possède des institutions conçues pour offrir une protection si ces institutions n'offrent pas une protection réelle et adéquate. Dans le cadre de deux affaires concernant le Costa Rica, la Cour a suivi le principe énoncé dans Villafranca et a souligné qu'il serait déraisonnable, quel que soit le pays en cause, de protéger chaque personne qui porte plainte auprès de la police par la voie d'un programme de protection des témoins ou en lui offrant une protection personnelle : Alfaro, Oscar Luis Alfaro c. M.C.I. (C.F., IMM-6905-03), O'Keefe, 20 janvier 2005; 2005 CF 92 et Arias Aguilar, Jennifer c. M.C.I. (C.F., IMM-1000-05), Rouleau, 9 novembre 2005; 2005 CF 1519.

Retour à la référence de la note 48

Note 49

Villafranca, ibid., à 132 et 133 (signalons que, dans cette affaire, la Cour a analysé la question de la protection dans le contexte d'un pays démocratique; il y a lieu de se demander si la même analyse vaudrait à l'égard d'un pays non démocratique). Il a déjà été dit que la décision Villafranca était mal fondée en droit compte tenu de l'arrêt Ward; se reporter, à titre d'exemple, à Waldman, L., Immigration Law and Practice, (LexisNexis Canada Inc. 2005) paragraphe 8.440 (publié le 9 septembre 2009, publication 5912). Toutefois, dans Velarde-Alvarez, Jorge Luis c. S.S.C. (C.F. 1re inst., IMM-194-94), McKeown, 9 février 1995. Décision publiée : Velarde-Alvarez, Jorge Luis c. S.S.C. (C.F. 1re inst., IMM-194-94), McKeown, 9 février 1995. Décision également répertoriée sous Velarde-Alvarez c. Canada (Secrétaire d'État) (1995), 27 Imm. L.R. (2e) 88 (C.F. 1re inst.), la Cour a affirmé, à 92, que la décision Villafranca avait tranché la question de l'expression « ne peut » d'une manière qui n'est pas incompatible avec l'arrêt Ward.

Dans Karaseva, Tatiana c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4683-96), Teitelbaum, 26 novembre 1997, la demandeure d'asile a fait valoir que l'arrêt Ward avait infirmé Villafranca, alors que, pour sa part, le ministre a soutenu le contraire en invoquant la décision Starikov, Nicolai c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1200-95), Pinard, 10 avril 1996, où la Cour a clairement considéré que les principes énoncés dans Ward et dans Villafranca peuvent s'appliquer simultanément. La Cour n'a pas examiné expressément ces arguments, mais elle a conclu ce qui suit :

[28] Après examen de la preuve, je suis convaincu que les requérantes n'ont pas fourni de « preuve claire et convaincante » que l'État ne serait pas capable de les protéger. Il n'apparaît pas que les requérantes pouvaient fournir à la police suffisamment de renseignements pour lui permettre d'entreprendre avec succès une enquête. La police doit disposer d'outils adéquats pour faire enquête sur un crime, et les renseignements se rapportant aux criminels sont des instruments clés. En outre, la lecture de la transcription m'a convaincu que les requérantes ne se sont pas montrées vraiment intéressées par les conclusions ou les rapports de la police.

De même, dans Badoeva, Manana c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4925-99), Rouleau, 29 novembre 2000, la Cour a fait remarquer que la victime doit être en mesure de fournir aux policiers des informations essentielles à la tenue d'une enquête. Dans Milev, Dane c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1125-95), MacKay, 28 juin 1996, la Cour a souligné, à 8, que « [l]e fait que l'État n'assure pas une protection parfaite ne permet pas, en soi, de déterminer que l'État ne veut ni ne peut offrir une protection raisonnable dans les circonstances ». Dans Guirgas, Nabil c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2131-96), Jerome, 20 août 1997, le demandeur d'asile, chrétien copte, craignait les intégristes islamiques. La Cour a fait remarquer que l'État (l'Égypte) entendait combattre les intégristes et avait pris des mesures à cet égard. Dans Ye, Xin Hao c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-276-01), O'Keefe, 25 février 2002; 2002 CFPI 201, la Cour a confirmé la conclusion de la SSR selon laquelle la demandeure d'asile, qui ne s'était pas plainte auprès du bureau de lutte contre la corruption mis sur pied par le gouvernement pour examiner les plaintes de corruption visant les fonctionnaires, n'avait pas réfuté la présomption quant à la disponibilité de la protection de l'État.

Dans Boston, Edwin c. M.C.I. (C.F., IMM-6554-06), Snider, 4 décembre 2007; 2007 CF 1271, la Cour a souligné que Villafranca n'est pas incompatible avec Ward et que, « sauf preuve contraire, un État qui peut apporter une protection suffisante à tous ses citoyens susceptibles d'être persécutés par la NPA [groupe de guérilleros sévissant aux Philippines], peut raisonnablement être jugé capable aussi de protéger une personne qui a été victime de la même organisation. La Commission n'a donc pas commis d'erreur en faisant porter son analyse sur le niveau de protection dont bénéficient tous les habitants des Philippines à l'égard de la NPA. » Au contraire, dans l'affaire antérieure De Araujo Garcia, Debora c. M.C.I. (C.F., IMM-5987-05), Campbell, 24 janvier 2007; 2007 CF 79, le juge Campbell, au paragraphe 19, estimait que Ward modifiait Villafranca et que la présomption de le protection peut être réfutée si le demandeur d'asile produit une « preuve claire et convaincante » que l'État n'a pas réussi à réagir efficacement aux appels à l'aide venant de femmes menacées par des prédateurs sexuels violents. Ce point de vue semble incompatible avec la décision de la Cour d'appel fédérale dans Flores Carrillo, supra, note 22, laquelle laisse entendre qu'il faut une charge de présentation plus lourde pour réfuter la présomption de la protection de l'État, et non seulement « une preuve claire et convaincante », comme il est proposé dans l'affaire Araujo Garcia.

Retour à la référence de la note 49

Note 50

Kashif, Muhammad c. M.C.I. (C.F., IMM-3872-06), Mosley, 4 juin 2007; 2007 CF 586. Voir aussi Paul, Doris c. M.C.I. (C.F., IMM-1470-07), Shore, 17 avril 2007; 2007 CF 398, affaire portant sur la violence familiale à la Grenade.

Retour à la référence de la note 50

Note 51

Bobrik, Iouri c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5519-93), Tremblay-Lamer, 16 septembre 1994, à 4. Voir également Howard-Dejo, Luis Fern c. M.C.I. (C.F. 1re inst., A-1179-92), Noël, 2 février 1995, où la Cour a souligné que, en l'espèce, il ressortait de la preuve non seulement que l'État (le Pérou) n'avait pas toujours réussi à protéger les cibles du terrorisme, mais que les autorités n'étaient pas en mesure d'assurer une protection proportionnelle à la menace. Voir également Freiberg, Valentina c. S.E.C. (C.F. 1re inst., IMM-3419-93), Tremblay-Lamer, 27 mai 1994, où la Cour a conclu que la demandeure d'asile « a relaté deux incidents où elle a porté plainte à la police [en Israël] et au cours desquels la protection de l'État ne s'est pas concrétisée. Cette preuve était suffisante […] pour justifier la réticence de la [demandeure d'asile] à solliciter la protection de l'État. » (à 7). Cette décision n'a pas été suivie dans G.F. c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1012-95), Muldoon, 17 juin 1996, où le juge Muldoon a mentionné qu'une distinction pouvait être établie. « Dans cette affaire, la police avait refusé d'intervenir. Dans le cas qui nous occupe, la police a offert son aide. C'est la [demandeure d'asile] principale qui ne s'est pas prévalue de ses offres d'aide ou qui a empêché l'État de lui accorder sa protection en ne communiquant pas aux autorités concernées le détail de sa situation critique ou en ne la leur signalant pas. » La question de la protection a reçu une interprétation large dans d'autres cas, tels que : Alli, Lukman c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1984-01), O'Keefe, 26 avril 2002; 2002 CFPI 479, affaire portant sur la violence rituelle au Nigeria, où la Cour a affirmé qu'il faut faire la distinction entre la protection offerte par l'État, d'une part, et les enquêtes policières et les poursuites engagées par l'État, d'autre part; Balogh, Rudolf c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6193-00), Lemieux, 22 juillet 2002; 2002 CFPI 809, où la Cour a indiqué que la volonté de régler la situation de la minorité rome en Hongrie n'équivaut pas à une protection adéquate de l'État, et Bors, Karolyne c. M.C.I. (C.F., IMM-1899-10), Shore, 12 octobre 2010; 2010 CF 1004, où la Cour a déclaré que, malgré les efforts consentis par la Hongrie, les Roms n'y jouissent pas d'une protection efficace. Le lecteur trouvera une analyse différente de la protection que l'État fournit aux Roms en Hongrie dans Horvath, Szuzsanna c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4001-01), Blanchard, 22 novembre 2002; 2002 CFPI 1206; Jonas, Laszlo c. M.C.I. (C.F., IMM-2726-03), Mosley, 4 août 2004; 2004 CF 1066; et, plus récemment, Banya, Tamas Aron c. M.C.I. (C.F., IMM-4630-10), Harrington, 15 mars 2011; 2011 CF 313.

Retour à la référence de la note 51

Note 52

Smirnov c. Canada (Secrétaire d'État), [1995] 1 C.F. 780 (1re inst.), à 786. Voir aussi Ferguson, Gloria c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5927-01), Noël, 22 novembre 2002; 2002 CFPI 1212, où la Cour a affirmé : « La réalité doit prévaloir et le critère de savoir si la protection offerte est adéquate, considérant les circonstances de l'espèce, doit être appliqué. » Voici une affaire où les faits ont démontré que les agressions n'étaient pas commises au hasard mais ciblées : Badran, supra, note 17. Olah, supra, note 2, figure au nombre des cas où le tribunal a souscrit à l'approche adoptée dans Smirnov. La Cour a fait remarquer que la protection accordée à la demandeure d'asile victime de mauvais traitements de la part de son époux en Hongrie ne différait pas considérablement de la protection qu'elle aurait reçue au Canada. Dans M.C.I. c. Ortega, Alberto Sandova (C.F., IMM-2910-03), O'Keefe, 20 octobre 2004; 2004 CF 1463, la Cour a également statué que la SPR a établi des normes trop élevées en ce qui concerne la protection de l'État.

Retour à la référence de la note 52

Note 53

James, Cherrie Ann Louanne c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3352-97), Wetston, 1er juin 1998. Décision publiée : James c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1998), 44 Imm. L.R. (2e) 16 (C.F. 1re inst.).

Retour à la référence de la note 53

Note 54

Almendarez Matute, Reina Isabel c. M.C.I. (C.F., IMM-4698-06), Barnes, 8 juin 2007; 2007 CF 616. Dans cette affaire, la « protection » aurait été offerte contre un pot-de-vin.

Retour à la référence de la note 54

Note 55

Zhuravlvev c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration), [2000] 4 C.F. 3 (1re inst.). Voir aussi Persue, Yolande c. M.C.I. (C.F., IMM-5827-03), Snider, 29 juillet 2004; 2004 CF 1042; Villanueva, Carlos Wilfredo Flores c. M.C.I. (C.F., IMM-6897-03), Pinard, 1er octobre 2004; 2004 CF 1320; et Mejia, Alberto c. M.C.I. (C.F., IMM-2757-03), Pinard, 30 juin 2004; 2004 CF 925.

Retour à la référence de la note 55

Note 56

Flores Carrillo, supra, note 22. Voir aussi Karoly, Szalo c. M.C.I. (C.F., IMM-1566-04), Blais, 24 mars 2005; 2005 CF 412. Voir aussi Ozvald, Zoltan c. M.C.I. (C.F., IMM-6402-03), Lemieux, 15 septembre 2004; 2004 CF 1250 et Saavedra Sanchez, Perla c. M.C.I. (C.F., IMM-1604-07), Barnes, 5 février 2008; 2008 CF 134, où la Cour a signalé que la SPR n'avait pas commis d'erreur en tenant compte de l'aide qu'il aurait été possible d'obtenir auprès d'organismes à qui il n'incombe pas directement d'assurer la protection, comme la Commission des droits de la personne du Mexique.

Retour à la référence de la note 56

Note 57

Thakur, Ramesh Chander c. M.E.I. (C.F. 1re inst., 92-T-1665), Dubé, 18 juin 1993. Dans Ajieh, John Kenneth Andzayie c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4985-01), MacKay, 3 mars 2003; 2003 CFPI 266, la Cour a souligné, dans une remarque incidente, « qu'il est peu probable que l'aide éventuelle de la part d'une agence non gouvernementale constitue un substitut satisfaisant à la protection de l'État ». 

Retour à la référence de la note 57

Note 58

Risak, Boris c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-6087-93), Dubé, 24 octobre 1994. Décision publiée : Risak c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1994), 25 Imm. L.R. (2e) 267 (C.F. 1re inst.), à 270. Dans Mendoza, Elizabeth Aurora Hauayek c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2997-94), Muldoon, 24 janvier 1996, à 6, la Cour a formulé ainsi le critère applicable : « Il importe peu qu'il y ait eu des organismes défenseurs des droits de la personne [au Venezuela] à qui la requérante aurait pu s'adresser pour avoir de l'aide. Le critère consiste à savoir si la requérante peut se réclamer de la protection de son propre gouvernement. » La même démarche a été adoptée dans Cuffy, Loferne Pauline c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3135-95), McKeown, 16 octobre 1996, à 3 et 4. Dans Mann, Satinder Pal Singh c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6554-00), Tremblay-Lamer, 6 septembre 2001, la Cour critique le raisonnement de la Commission voulant que le demandeur d'asile doive accepter d'être persécuté par la police et attendre d'être accusé à tort pour se tourner vers le système judiciaire et être exonéré des années plus tard. Dans Molnar, Elek c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-285-02), Tremblay-Lamer, 16 octobre 2002; 2002 CFPI 1081, la Cour a statué que la Commission a commis une erreur en imposant au demandeur d'asile le fardeau de chercher réparation auprès d'organismes autres que les services de police. Voir également Malik, Gurjit Singh c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1918-02), Tremblay-Lamer, 17 avril 2003; 2003 CFPI 453, où la Cour a déclaré qu'un « […] individu n'est pas obligé de demander des conseils, un avis juridique ou de l'aide d'une organisation de défense des droits de l'homme si la police est incapable de l'aider ». La même démarche est suivie dans Mohacsi, Janos c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1298-02), Martineau, 11 avril 2003; 2003 CFPI 429 et dans Tatarski, Aleksandar Zhivkov c. M.C.I. (C.F., IMM-5590-09), Beaudry, 17 juin 2010; 2010 CF 660. En revanche, dans Nagy, Laszlo c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1467-01), Simpson, 14 mars 2002; 2002 CFPI 281, la Cour a souscrit à la conclusion de la SSR selon laquelle le demandeur d'asile aurait dû se tourner vers « l'ombudsman des minorités » ou encore porter plainte contre la police auprès du bureau d'enquête du procureur. Dans Ivachtchenko, Artem c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4964-01), Lemieux, 12 décembre 2001; 2002 CFPI 1291, la Cour a jugé que la SSR avait commis une erreur en statuant que la possibilité d'intenter des poursuites au civil constituait une solution de rechange par rapport aux poursuites pénales dans une affaire de voies de fait criminelles.

Retour à la référence de la note 58

Note 59

Voir, par exemple, Varga, Attila Csaba c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3363-00), McKeown, 18 mai 2001, où la Cour a statué qu'un seul incident où un policier dit à un demandeur d'asile qu'il a eu ce qu'il méritait ne constitue pas une preuve claire et convaincante de l'absence de la protection de l'État. Voir également De Baez, Maria Beatriz Arguello c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3208-02), Dawson, 26 juin 2003; 2003 CFPI 785, où la Cour a déclaré que « […] les actes posés par certains policiers n'empêchent pas qu'il soit nécessaire de tenter d'obtenir la protection des autorités. La discrimination exercée par certains policiers n'est pas une preuve suffisante que l'État n'est pas disposé à protéger les demandeurs ou que ces derniers sont incapables de solliciter la protection de l'État. » Voir également Antypov, Roksana c. M.C.I. (C.F., IMM-4251-04), Kelen, 15 novembre 2004; 2004 CF 1589, où la Cour a invoqué Kadenko pour souligner que le refus d'agir de la part de quelques policiers ne reflète pas, en soi, l'incapacité de l'État de passer à l'action. Pour réfuter la présomption de la protection de l'État, le demandeur d'asile ne peut pas se contenter de démontrer simplement qu'il a demandé sans succès à quelques policiers de le protéger : Kwayisi, Vida c. M.C.I. (C.F., IMM-3756-04), Layden-Stevenson, 20 avril 2005; 2005 CF 533.

Retour à la référence de la note 59

Note 60

M.C.I. c. Kadenko, Ninal (C.A.F.), supra, note 37. Voir également Levkovicz, Ilia c. S.E.C. (C.F. 1re inst., IMM-599-94), Nadon, 13 mars 1995; Vielma, Eduardo Enrique Pena c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-786-94), Rothstein, 10 novembre 1994, où la police avait commis des actes contre des journalistes (comme le demandeur d'asile). La Cour a déclaré : « […] on peut au moins se demander vers quelle autorité gouvernementale le requérant pourrait se tourner pour obtenir de la protection » dans ces circonstances (à 3); et Machado, Hugo Ricardo Gonzalez c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-7155-93), Rothstein, 27 octobre 1994.

Retour à la référence de la note 60

Note 61

Voir, par exemple, Fernandez, Laura c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-4591-93), Wetston, 19 juillet 1994; Contreras, Carlos Fabian Vassallo c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2555-94), MacKay, 19 mai 1995. Décision publiée : Contreras c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1996), 36 Imm. L.R. (2e) 75 (C.F. 1re inst.); et Sandysupra, note 11.

Retour à la référence de la note 61

Note 62

Voir, à titre d'exemple, Resulaj, Blerina c. M.C.I. (C.F., IMM-9548-04), Layden-Stevenson, 28 février 2006; 2006 CF 269; Inigo Contreras, Victor c. M.C.I. (C.F., IMM-3954-05), von Finckenstein, 16 mai 2006; 2006 CF 603; Dannett, Avril c. M.C.I. (C.F., IMM-6815-05), Russell, 10 novembre 2006; 2006 CF 1363; Duceac, Maria c. M.C.I. (C.F., IMM-899-06), O'Reilly, 23 novembre 2006; 2006 CF 1400; et Bae, Ki Hwa c. M.C.I. (C.F., IMM-2275-06), Hughes, 19 avril 2007; 2007 CF 414.

Retour à la référence de la note 62

Note 63

Szucs, Sandor c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6248-99), Blais, 3 octobre 2000. Dans Virag, Istvan Pal c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2761-02), Simpson, 2 juin 2003; 2003 CFPI 698, la Cour a déclaré qu'il faut adopter Szucs plutôt que Molnar, supra, note 58. Voir aussi Szorenyi, Gabor c. M.C.I. (C.F., IMM-2817-02), O'Keefe, 25 novembre 2003; 2003 CF 1382 où, il est fait mention que dans de nombreuses décisions, la Cour a jugé raisonnable pour la Commission d'exiger qu'en plus de s'adresser à la police, les revendicateurs utilisent tous les moyens qui existent pour obtenir protection et réparation.

Retour à la référence de la note 63

Note 64

Martinez, Dunnia Patricia Suarez c. M.C.I. (C.F., IMM-7329-04), Phelan, 29 juillet 2005; 2005 CF 1050. Voir aussi Camacho, Jane Egre Sonia c. M.C.I. (C.F., IMM-4300-06), Barnes, 10 août 2007; 2007 CF 830, où la Cour a déclaré qu'un demandeur d'asile ne réfute pas la présomption relative à la protection d'un État où le fonctionnement de la démocratie n'est pas remis en question en ne faisant valoir qu'une réticence « subjective » à solliciter la protection de l'État; et Salazar Santos, Marco Antonio c. M.C.I. (C.F., IMM-4602-06), Barnes, 30 juillet 2007; 2007 CF 793..

Retour à la référence de la note 64

Note 65

El Khatib, Naif c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-5182-93), McKeown, 27 septembre 1994.

Retour à la référence de la note 65

Note 66

El Khatib, ibid., à 2. La Cour a consenti à certifier la question suivante :

Lorsqu'une personne apatride revendique le statut de réfugié au sens de la Convention, l'analyse du « bien-fondé » élaborée par la Cour suprême du Canada dans [Ward] s'applique-t-elle, compte tenu qu'elle se fonde sur la possibilité de demander la protection de l'État, ou cette analyse s'applique-t-elle uniquement dans le cas où le revendicateur est citoyen du pays dans lequel il craint d'être persécuté?

La Cour d'appel, en rejetant l'appel dans El Khatib, a refusé de répondre à la question certifiée parce qu'elle n'était pas déterminante quant à l'appel. Voir M.C.I. c. El Khatib, Naif (C.A.F., A-592-94), Strayer, Robertson, McDonald, 20 juin 1996. Dans Tarakhan, Ali c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-1506-95), Denault, 10 novembre 1995. Décision publiée : Tarakhan c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1995), 32 Imm. L.R. (2e) 83 (C.F. 1re inst.), à 89, la Cour a établi que, lorsque le demandeur d'asile est un apatride, il doit seulement démontrer qu'il ne peut ou, du fait d'une crainte fondée de persécution, ne veut retourner dans le pays où il avait sa résidence habituelle. Le demandeur d'asile n'a pas à démontrer que les autorités de ce pays ne peuvent ou ne veulent le protéger. Dans Pachkov, Stanislav c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2340-98), Teitelbaum, 8 janvier 1999. Décision publiée : Pachkov c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration) (1999), 49 Imm. L.R. (2e) 55 (C.F. 1re inst.), la Cour a statué que la SSR avait commis une erreur en imposant au demandeur d'asile, qui était apatride, l'obligation de réfuter la présomption de la protection de l'État. Voir aussi Elastal, Mousa Hamed c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-3425-97), Muldoon, 10 mars 1999, qui va dans le même sens et où est invoquée la décision de la Cour d'appel dans Thabet, infra, note 69.

Retour à la référence de la note 66

Note 67

Giatch, Stanislav c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-3438-93), Gibson, 22 mars 1994; Zaidan, Bilal c. S.E.C. (C.F. 1re inst., A-1147-92), Noël, 16 juin 1994; Zvonov, Sergei c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-3030-93), Rouleau, 18 juillet 1994. Décision publiée : Zvonov c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1994), 28 Imm. L.R. (2e) 23 (C.F. 1re inst.); Falberg, Victor c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-328-94), Richard, 19 avril 1995. La décision M.C.I. c. Vickneswaramoorthy, Poologam (C.F. 1re inst., IMM-2634-96), Jerome, 2 octobre 1997 a compliqué davantage cette question : la Cour y laisse entendre que la norme de preuve servant à démontrer l'incapacité de l'État de protéger des particuliers persécutés s'applique tant aux apatrides qu'aux personnes ayant un pays de nationalité.

Retour à la référence de la note 67

Note 68

Nizar c. M.C.I. (C.F. 1re inst., A-1-92), Reed, 10 janvier 1996, à 5.

Retour à la référence de la note 68

Note 69

Thabet, Marwan Youssef c. M.C.I. (C.A.F., A-20-96), Linden, McDonald, Henry, 11 mai 1998. Décision publiée : Thabet c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration), [1998] 4 C.F. 21 (C.A.).

Retour à la référence de la note 69

Note 70

Voir le chapitre 2, à la section 2.2.2.

Retour à la référence de la note 70

Note 71

Il ne s'agit que d'exemples et non d'une liste exhaustive.

Retour à la référence de la note 71

Note 72

Mendivil, Luis Altamirano c. S.E.C. (C.A.F., A-132-93), Marceau, Stone, Desjardins, 7 février 1994. Décision publiée : Mendivil c. Canada (Secrétaire d'État) (1994), 23 Imm. L.R. (2e) 225 (C.A.F.), à 232, le juge Desjardins. Dans Oblitas, Jorge c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2489-94), Muldoon, 2 février 1995, la Cour va jusqu'à dire, à 9, que même si l'État n'est pas complètement effondré au Pérou (comme dans Zalzali, supra, note 32), la situation est assez semblable. De l'avis de la Cour, les demandeurs d'asile avaient prouvé que l'État n'allait pas raisonnablement les protéger.

Retour à la référence de la note 72

Note 73

Mendivil, ibid., à 230. Il s'agissait en l'espèce d'un demandeur d'asile qui était la cible du Sentier lumineux (Sendero luminoso) au Pérou. Dans Yanahida, Gustavo Angel Castro c. S.G.C. (C.F. 1re inst., IMM-6019-93), Richard, 13 octobre 1994, par contre, le demandeur d'asile n'a pu offrir une « preuve claire et convaincante » que l'État (le Pérou) ne pouvait le protéger. La preuve du demandeur d'asile révélait que la protection des citoyens ordinaires était le dernier des soucis de l'État. La Cour a conclu ce qui suit, à 4 : « En [l'] absence de preuve additionnelle, je suis d'avis que le [demandeur d'asile] ne s'est pas déchargé de son fardeau. » L'obligation de l'État d'offrir une protection individuelle (24 heures) à ses citoyens a été examinée, et la Cour a conclu qu'elle n'était pas déterminante dans Baldizon-Ortegaray, German Jose c. M.E.I. (C.F. 1re inst., 92-T-1933), 7 mai 1993. Décision publiée : Baldizon-Ortegaray c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1993), 20 Imm. L.R. (2e) 307 (C.F. 1re inst.), décision antérieure à Ward, à 311. Voir aussi Velarde-Alvarez, supra, note 49, à 91; Yaguna, Jose Stalin Rojas c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2468-94), Simpson, 25 mai 1995, à 5; et Petit, Juan Daniel Ayllon c. M.C.I. (C.F. 1re inst., A-1197-92), Rouleau, 12 janvier 1996, à 6.

Retour à la référence de la note 73

Note 74

M.E.I. c. Johan, Stephen (C.F. 1re inst., T-1389-92), Denault, 9 février 1993; Callejas, Ana Lucretia c. M.E.I. (C.F. 1re inst., A-48-93), Gibson, 1er février 1994. Décision publiée : Callejas c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1994), 23 Imm. L.R. (2e) 253 (C.F. 1re inst.), de 258 à 260; Kraitman, Vadim c. S.E.C. (C.F. 1re inst., IMM-88-94), Teitelbaum, 5 juillet 1994. Décision publiée : Kraitman c. Canada (Secrétaire d'État) (1994), 27 Imm. L.R. (2e) 283 (C.F. 1re inst.), où la preuve a révélé que, en Ukraine, la police refusait d'enquêter sur les plaintes déposées par des Juifs. La Cour a conclu, à 15 : « Cela prouve clairement que les Juifs n'avaient pas la protection de l'État, c'est-à-dire qu'ils ne pouvaient s'adresser à la police pour être protégés. La police peut avoir la capacité d'offrir de la protection, mais lorsqu'elle choisit de ne pas le faire, cela revient à dire qu'elle est incapable de protéger les [demandeurs d'asile]. » Dans une autre affaire concernant un demandeur d'asile de la Colombie, Bohorquez, Gabriel Enriquez c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-7078-93), McGillis, 6 octobre 1994, la Cour a statué que la conclusion de la SSR selon laquelle le demandeur d'asile n'avait pas fourni une « preuve claire et convaincante » était déraisonnable : « Les éléments de preuve crédibles et non contestés que le [demandeur d'asile] a présentés établissent qu'il a tenté sans succès entre quinze et vingt fois d'obtenir l'aide ou la protection des divers corps policiers et organismes chargés de l'application de la loi. On lui a invariablement répondu qu'on ne pouvait rien faire pour le protéger et il n'y a jamais eu d'enquête au sujet des auteurs des menaces ou de la tentative de meurtre. » (à 4).

Retour à la référence de la note 74

Note 75

Zalzali, supra, note 32. Toutefois, pour que s'applique le principe dégagé dans Zalzali, le demandeur d'asile doit faire la preuve d'un risque prospectif de persécution; ainsi, dans Roble, Abdi Burale c. M.E.I. (C.A.F., A-1101-91), Heald, Stone, McDonald, 25 avril 1994. Décision publiée : Roble c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1994), 169 N.R. 125 (C.A.F.), où l'agent de persécution (le Service secret national [NSS] en Somalie) n'étant plus en état de nuire, la Cour a déclaré que « […] le fait que l'État ne soit pas en mesure d'assurer la protection [du demandeur d'asile] ne suffit pas en soi à fonder sa demande d'asile » (à 130).

Retour à la référence de la note 75

Note 76

Ward; supra, note 1, Surujpal, Khemraj c. M.E.I. (C.A.F., A-515-84), Mahoney, Stone, MacGuigan, 25 avril 1985. Décision publiée : Surujpal c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1985), 60 N.R. 73 (C.A.F.); Rajudeen, Zahirdeen c. M.E.I. (C.A.F., A-1779-93), Heald, Hugessen, Stone (motifs concordants), 4 juillet 1984. Décision publiée : Rajudeen c. Canada (Ministre de l'Emploi et de l'Immigration) (1984), 55 N.R. 129 (C.A.F.). Dans un cas relatif au Pérou, Gonzales, Abel Guillermo Mayorga c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-117-93), Noël, 25 février 1994, selon la Cour, à 3, la preuve révélait que l'armée avait été infiltrée par les terroristes et était impuissante face à leurs attaques. Dans ces circonstances, il était déraisonnable de la part de la SSR de conclure que « […] le [demandeur d'asile] était susceptible de bénéficier d'une protection adéquate ».

Retour à la référence de la note 76

Note 77

Silva, Donakanthi Sujatha c. M.E.I. (C.F. 1re inst., IMM-4584-93), Denault, 3 août 1994, à 2 et 3. Voir aussi Yokota, Aldo Renato Rossi c. M.C.I. (C.F., IMM-8386-03), Lutfy, 8 septembre 2004; 2004 CF 1226.

Retour à la référence de la note 77

Note 78

Soopramanien, Dorothy Anette c. S.G.C. (C.F. 1re inst., A-1572-92), Pinard, 5 octobre 1993, à 2 (concernant les Seychelles).

Retour à la référence de la note 78

Note 79

Barabhuiyan, Abdullah Al Mamun c. M.E.I. (C.F. 1re inst., A-998-92), Tremblay-Lamer, 30 novembre 1993 (concernant le Bangladesh).

Retour à la référence de la note 79

Note 80

Manorath, Rahonie c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2369-94), Cullen, 26 janvier 1995, à 6, et Arguedas, Maricela Los Angeles Alfaro c. M.C.I. (C.F., IMM-5766-02), Lemieux, 23 janvier 2004; 2004 CF 112; toutefois, voir Williams, Debby c. S.E.C. (C.F. 1re inst., IMM-4244-94), Reed, 30 juin 1995, ainsi que Clyne, Timeka Marsha c. M.C.I. (C.F., IMM-7653-03), O'Reilly, 29 novembre 2004; 2004 CF 1670.

Retour à la référence de la note 80

Note 81

Levitina (Chikhovtseva), Tatiana c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-6591-93), Noël, 27 janvier 1995, à 3. Voir aussi Cho, Soon Ja c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-4029-99), Gibson, 9 août 2000.

Retour à la référence de la note 81

Note 82

Torres, Betsabe Del Carmen Balmaceda c. M.C.I. (C.F., IMM-2009-04), Pinard, 10 mai 2005; 2005 CF 660.

Retour à la référence de la note 82

Note 83

Annan c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration), [1995] 3 C.F. 25 (1re inst.), à 30. Dans Neto, Joao Reis c. M.C.I. (C.F., IMM-4061-06), Mactavish, 21 juin 2007; 2007 CF 664, la Cour a constaté que la Commission avait consacré beaucoup de temps à analyser les efforts législatifs effectués par le Brésil pour lutter contre l'homophobie, mais qu'elle n'avait pas vraiment tenté de voir si ces mesures avaient en fait permis d'assurer une protection adéquate.

Retour à la référence de la note 83

Note 84

Mallam, Sanni Mohammad c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2780-96), Pinard, 30 juin 1997. Comparer à Alli, supra, note 51, où la Cour a fait remarquer qu'il faut faire la distinction entre la conclusion de la SSR, selon laquelle la police mène des enquêtes et intente des poursuites dans les cas de violence rituelle, et la protection offerte par la police aux personnes comme le demandeur d'asile.

Retour à la référence de la note 84

Note 85

Hussain, Majeed c. M.C.I. (C.F. 1re inst., IMM-2345-02), O'Reilly, 8 avril 2003; 2003 CFPI 406.

Retour à la référence de la note 85

précédent | table des matières | suivant